FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.
14
Aou
2018

Festival International de Hammamet 2018: Dendri-Mohamed Khachnaoui / Yuma

Centre Culturel International de Hammamet

Mardi 14 Août 2018 à 22H00
Festival International de Hammamet 2018

Festival International de Hammamet 2018: Dendri-Mohamed Khachnaoui / Yuma le Mardi 14 Août 2018 à partir de 22h au Centre Culturel International de Hammamet (Avenue des Nations Unies Hammamet 8050)


Prix Gradins
25 DT



Dendri

Mohamed Khachnaoui.

Mohamed Khachnaoui, fait partie de la nouvelle génération de musiciens créateurs en musique tunisienne initiatrice d’un nouveau mouvement s’inspirant de l’école afro-tunisienne. Il n’a pas uniquement la batterie comme passion. En effet, Mohamed Khachnaoui possède un profond penchant pour le stambéli, rite musico-thérapeutique puisant ses origines de l’Afrique subsaharienne. Ainsi, en 2015, il fonde avec le maître du genre, Salah Ouergli, son groupe «Dendri», un nom en référence à une boisson, préparée le premier jour du rituel de la ziara qui consiste en un mélange de droô (sorgho), de lait, d’eau et de sucre.

Dans cette réflexion-spectacle, chacun des instruments est à sa place, C’est également un dialogue entre les instruments. Le répertoire de «Dendri» se base, essentiellement, sur le patrimoine de la musique Stambéli de la capitale tunisienne. Les représentations rituelles de Sṭambéli sont divisées en deux parties : des chansons pour les saints et des chansons pour les esprits. Chaque saint et chaque esprit possède son propre chant éponyme.

Les morceaux appartiennent tous au répertoire patrimonial. Leur composition a été réadaptée par Mohamed Khachnaoui.


Yuma

Apparu sur la planète musique le 20 décembre 2015, Ÿuma se distingue sur la toile par des « mashups » originaux de chansons orientales et occidentales. Ainsi le duo établit des passerelles entre les cultures des deux rives de la Méditerranée. Aujourd’hui l’indie folk Ÿuma s’affirme comme un des leaders de la musique alternative tunisienne



Sabrine Jenhani :

Plasticienne et peintre, diplômée de l’école des beaux-arts de Tunis, Sabrine Jenhani a très tôt découvert sa passion pour le chant et l’écriture. Jeune chanteuse dans des groupes de rock puis approchée par un célèbre club de Tunis, Sabrine visite hardemment les grandes voix du jazz . Le « job » tous les soirs a su sculpter sa voix. Durant ces années formatrices elle écrit dans la presse culturelle la plus active de la capitale, et se trouve ainsi des deux côtés du miroir. Précurseure de la scène underground tunisienne et déjà icône dans son pays, aujourd’hui l’auteure compositrice souffle avec Yuma un vent nouveau sur le devant de l’actualité artistique du monde arabe.


Ramy Zoghlemi :

Formé dans les premiers groupes de rock de Tunis, Ramy Zoghlami a appris la musique en autodidacte, sur les scènes clandestines de la banlieue sud de la capitale. Guitariste et chanteur, multipliant les collaborations sur des projets de Rock-Inde et musique électronique Ramy est tout d’abord un cinéaste. Ce sont des années de scénarios et de plateaux de tournages qui ont orienté sa musique et son écriture vers un univers de poésie et de mythes

Jetset Mag
Party pics
Où sortir
Agenda Culturel
Beauté et mode
People
The Place To Be
City guide
Auto