Inscrivez-vous et recevez régulièrment la Jetset newsletter : Inscrivez-vous
FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.

Bonnes manières où êtes-vous… ?

Méli Melo de pensées | Publié le 02.06.2010

Bonnes manières où êtes-vous… ? Les bonnes manières ont été inculquées à la plupart des êtres humains depuis le jour de leur naissance : à peine le cerveau formé et capable d’avoir peur, tout adulte digne de ce nom s’est acharné à vouloir tout nous apprendre, ne pas faire de bêtises, bien se tenir, ne pas crier, être poli… Nous avons tous subi le même sort… ce qui veut logiquement dire que nous sommes pour la plupart plus ou moins bien éduqués. Mais quand on regarde la dure réalité, on constate que la logique n’a rien avoir là-dedans. Ce n’est pas parce qu’on nous a appris à être poli et gentil qu’on l’est forcément…!
Je vais vous donner quelques exemples qui peuvent arriver au quotidien et qui confirment - je suis navrée de le dire - que souvent, nous et l’éducation, ça fait deux !

Quand on est en voiture :
- Avez-vous remarqué qu’au feu rouge, il y a toujours celui qui se faufile dans la file de gauche (faite pour tourner à gauche et non pour aller tout droit) tel un serpent, vous coupe la route et veut passer devant vous sans même vous demander la permission, ni se soucier que vous ayez envie ou pas d’avoir un tel acte de générosité envers une personne qui ne daigne même pas vous regarder… Dans la plupart des cas, il réussit à le faire car vous avez facilement lâché prise pour ne pas vous énerver davantage, ni provoquer cet énergumène capable du pire puisque le respect ne fait apparemment pas partie de sa vie…
Mais il vous arrive parfois de réagir et là, vous mettez la première, attendez comme un pilote de Formule 1 le signe de départ, votre pied sur l’accélérateur, freins lâchés, prêt à démarrer à toute vitesse, le mettant en difficulté et le contraignant à vous laisser passer car il risquerait d’éclater les deux premiers pneus en chevauchant à toute allure le trottoir haut comme un mur…

- Il y a aussi ceux qui sont tranquillement garés et qui, par une envie soudaine et incompréhensible, sortent devant vous à toute vitesse sans clignotant ni aucun signe clair disant que cette voiture allait bondir presque sous vos roues. Vous freinez, donnez un coup de volant, risquez de prendre un piéton sur le capot, klaxonnez alors que la personne qui vous a fait un tour de manège en deux secondes sort sa satanée main de tueur en série pour vous adresser un geste d’excuse aussi efficace qu’un caillou jeté dans la mer. Vous êtes encore en sueur, vous avez failli faire un carnage et le chauffard croit que sa petite main allait tout de suite faire disparaître tout sentiment négatif.
Dans ce cas et pour la plupart d’entre nous, la frustration nous envahit car il n’y a pratiquement rien à faire sauf si on a envie d’aller jusqu’au bout et qu’on le poursuit en risquant de provoquer un accident et si toutefois on y arrive, on est content de baisser la vitre pour le couvrir des pires insultes ou encore faire le geste que nous adorons tous, le doigt sur la tempe disant clairement que c’est un fou !
Eh oui, nous faisons tous ça au moins une fois. Ça ne sert rien sauf à passer nos nerfs sur celui qui a failli nous tuer…

- Quand vous êtes sur le droit chemin dans l’une des minuscules ruelles qui caractérisent notre centre-ville et qu’une voiture surgit devant vous en sens interdit et veut absolument vous faire faire marche arrière car son conducteur est pressé… C’est d’ailleurs la raison divine qu’il vous avance croyant que c’est largement suffisant pour que vous fassiez ce qu’il vous dit en le plaignant.
Et si par malheur vous refusez, il devient méchant, arrogant et insolent en demandant sans aucune réserve un droit qu’il n’a absolument pas !
La réaction la plus sage serait d’abdiquer, le laisser passer et recevoir l’incontournable signe de gratitude délivré par une main molle et peu convaincue.
Sinon, et si vous avez le temps de prendre le droit qui vous appartient, vous éteignez le moteur et vous campez dans cette rue jusqu’à rassembler une foule de gens qui prendront partie et qui essayeront de convaincre le plus fautif de laisser tomber, ce qui en d’autres termes veut dire que vous laissez votre destin dans les mains des passants et des voitures coincées derrière vous, formant ainsi une armée qui le ferait tôt ou tard changer d’avis….

Quand on est dans une grande surface :
- En général, on essaye de faire le plus vite possible : aller chercher ce dont on a besoin et tenter de repérer les chariots les moins pleins en combinant cette théorie à la caisse la moins encombrée. On avance hardiment car on a l’impression qu’on est le seul à savoir faire ce fabuleux calcul, on se place en toute fierté et on attend sagement que la caissière fasse son boulot sans discutailler… Mais il y a un phénomène diffus qui se répète de plus en plus, celui du client devant vous qui jette un coup d’œil langoureux à votre chariot et qui, tout d’un coup, se rappelle avoir oublié quelque chose. Il vous regarde, abandonne furtivement son caddie et se lance à la recherche interminable de l’article oublié sans se soucier un seul instant que vous êtes en train de l’attendre. Il prend son temps, se pavane tranquillement car il sait que sa place est prise à la tête de la longue et sinueuse ligne qui s’est formée derrière vous… ! Deux choix s’offrent à vous : si vous avez de la chance et que la caissière n’a pas commencé à enregistrer les articles, vous pouvez pousser le chariot et passer à sa place. La foule derrière vous vous acclamera et vous soutiendra jusqu’au bout face à ce tête en l’air démuni d’éducation.
Sinon, vous devez attendre qu’il revienne et vous défouler sur lui, voulant inutilement lui apprendre le savoir-vivre dont il n’a jamais entendu parler !

- Il existe une autre situation énervante et incompréhensible qui pourrait faire sortir de ses gonds le Dalaï Lama en personne : quand on fait la queue devant le poissonnier, le boucher ou n’importe quel commerçant de grande surface, attendant tranquillement notre tour, il y a toujours cette personne, homme ou femme, qui prétend connaître personnellement et intimement le commerçant, ne se gênant pas de dépasser tout le monde pour avancer un grand sourire hypocrite et se faire servir avant tous les autres, vous infligeant un sentiment de transparence totale. Vous avez l’impression qu’on regarde à travers vous, vous n’existez pas et vous devez l’accepter sans rechigner car il faut apparemment comprendre que celui qui vient le plus souvent a gagné… comme si vous n’aviez rien d’autre à faire dans votre vie que de faire ami ami avec le marchand de légumes…
De deux choses l’une : ou vous faites appel à un calme olympien en vous laissant franchement marcher sur les pieds car comme d’habitude, vous ne voulez pas en faire tout une histoire, ça vous énerve, ça bouillonne en vous mais vous laissez passer sans broncher. Ou vous réagissez en reprenant le vendeur, lui rappelant que vous êtes bien là et qu’il doit s’occuper de vous avant de consolider l’amitié de comptoir qui vous fait perdre votre temps si précieux.
On n’a pas toujours le résultat escompté mais à mon avis, il vaut mieux essayer et ne rien laisser dans son cœur… !

Quand on va à la plage :
On décide d’aller à la plage pour se pavaner au soleil, se baigner, passer un moment agréable en profitant du farniente estival. On prévoit tout, on essaye de se séparer de toute idée stressante pour se faire du bien et se sentir en vacances, même pour une journée ! Ça, c’est le scénario idéal, malheureusement impossible à réaliser, car si pour vous la plage est un lieu serein et tranquille, pour les autres c’est souvent l’endroit où on peut tout se permettre.

- Avez-vous remarqué que les parents se transforment en sirènes assourdissantes quand ils parlent à leurs enfants sur la plage ? On a toujours l’impression qu’une énorme catastrophe vient d’arriver, les « Noooooon », « Reviens tout de suite », « Mets tes brassards » et « Arrête » deviennent le fond sonore de votre journée… Vous les regardez avec un air dérangé mais vous savez pertinemment que ça n’a aucun effet… Vous faites un travail sur vous-même, vous essayez de vous habituer tant bien que mal à ces sons stridents, et vous êtes content d’avoir pensé à apporter votre iPod. Le calme revient petit à petit et vous espérez au fond de vous qu’il n’y aura pas pire !

- Quand on est sur la plage, on aime généralement s’étaler sur un transat et bouger le moins possible, sauf pour le strict minimum, se baigner, manger ou boire… On s’installe et on veut en profiter… mais il y a toujours une personne qui passe en courant à quelques centimètres de vous, vous aspergeant de haut en bas avec de l’eau froide dégoulinant fraîchement de son corps, sans bien sûr oublier de vous couvrir d’une fine couche de sable provenant directement de ses pieds… Vous sursautez bouche ouverte, vous balbutiez des mots incompréhensibles gorgés de rage en lançant un regard indigné au criminel qui a osé en une seconde anéantir l’atmosphère paisible dans laquelle vous étiez… mais visiblement ça n’a pas l’air de le déranger. Dans sa petite tête, la plage appartient à tout le monde et votre place aussi !

- Et j’en passe, de nos jours on en voit de toutes les couleurs et ça va de mal en pis. Les gens ne se soucient plus de la ligne qui sépare leur liberté de celle des autres… ce qui laisse malheureusement la place à un désordre incompréhensible, une espèce d’anarchie viscérale qui infecte tout le monde !
Alors, je me permets de lancer un appel à tous ceux qui ont oublié de se soucier des autres : rappelez-vous que vous n’êtes pas seuls au monde, rappelez-vous surtout que vous finirez fatalement par subir ce que vous faites subir aux autres car si vous ne respectez personne, personne ne vous respectera !

A bon entendeur…

N. Azouz
   Festival de Cannes 2014 : La sélection dévoilée !

Festival de Cannes 2014 : La sélection dévoilée !

Cette année encore le Festival de Cannes devrait attirer les yeux du monde entier.... Lire la suite

  Mila Kunis et Ashton Kutcher : le sexe de leur bébé dévoilé

Mila Kunis et Ashton Kutcher : le sexe de leur bébé dévoilé

Carnet rose pour Mila Kunis et Ashton Kutcher. ... Lire la suite

photo soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soiree
Jetset Mag
Soirées
Sorties
Culture
Potins et news
Jetset Guide