Inscrivez-vous et recevez régulièrment la Jetset newsletter : Inscrivez-vous
FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.

Ça commence à bien faire !

Méli Melo de pensées | Publié le 16.03.2010

Ça commence à bien faire ! Suite à plusieurs épisodes qui peuvent faire hurler le plus calme des êtres humains, j’ai décidé de décortiquer un phénomène de plus en plus diffus dans notre société : les petits qui vous prennent de haut, ceux qui s’improvisent connaisseurs d’une chose ou d'une situation et qui se permettent de vous dicter votre conduite.

Ce sont généralement des gens incultes et mal élevés que l’on trouve dans les endroits publics et qui, par envie de parler, d’ordonner, de se sentir vivants ou de se donner de l’importance, veulent absolument vous déranger et vous inciter à suivre à la lettre ce qu’ils vous ordonnent de faire. Voici quelques exemples :

Quand vous arrivez dans un endroit public et que vous voulez vous garer :

Vous voyez tout de suite un homme qui surgit de nulle part, déambulant vers vous comme un zombie, vous regardant d'un œil torve et d’un air méchant et criant des mots incompréhensibles, vous ordonnant de bouger votre voiture à toute vitesse car c’est la place de je ne sais quel directeur de quelle société. Il vous crie dessus, vous parle comme s’il vous connaissait depuis des lustres et vous manque de respect si vous osez défier ses ordres. Il peut même devenir agressif et vous traiter comme un moins que rien, et tout ça parce que quelqu’un a fait la monumentale erreur de lui attribuer un certain pouvoir : celui du parking. Le président-directeur général du placement des voitures dans cette rue a décrété que vous n’avez pas le droit de faire ce que vous voulez sur son territoire et il essayera par tous les moyens de vous en dissuader, quitte à utiliser la force…
Mais on est où, là ? La rue appartient à tous et les places aussi, alors si je veux mettre ma voiture dans une place vide, ce n’est pas cet énergumène qui va m’en empêcher !
Et c’est là que le conflit commence. Au début, entre vous et vous-même, vous vous dites que ce n’est pas la peine de s’énerver et que vous irez vous garer plus loin, évitant le combat avec une personne qui ne changera pas d’avis, qui est conditionnée pour dire non, quoi que vous fassiez ou disiez !
Ou alors, vous décidez de lui tenir tête et de ne pas vous laisser marcher sur les pieds même si vous allez entrer dans une guerre sans merci qui ne connaîtra la paix que si vous lui payez le double de ce qu’il est habitué à percevoir… là, il vous laissera vous garer mais à condition de faire très vite et de ne pas traîner, en vous obligeant à lui confier les clés, ce que vous faites tout en priant dans votre for intérieur que ce ne soit pas un voleur déguisé en gardien !

Quand vous entrez dans une boutique :

On trouve généralement des vendeuses qui sont classées en deux catégories :
- Celle assise telle une statue de cire qui nous regarde d’un air dérangé, comme si vous vous étiez introduit chez elle par effraction. Elle vous dévisage, vous regarde de haut en bas, puis prend la peine de vous adresser la parole avec un ton agacé et démuni de toute joie, même minime, en débitant la phrase qu’elle a appris par cœur : « Je peux vous aider ?»
Si vous répondez non, elle retourne se tourner les pouces en attendant avec impatience que vous quittiez son manoir, sans oublier de vous lancer un regard indigné pour avoir si brutalement perturbé le calme mortuaire dans lequel elle était.
Si vous répondez oui, elle se lèvera avec la rapidité d’un escargot pour entendre votre requête sans hésiter la moindre seconde à vous servir la fameuse réplique : « Tout est là devant vous, et si vous ne trouvez pas, c’est qu’il n'y en a plus ! »
De deux choses l’une : ou vous vous énervez et vous la traitez d’incompétente avant de claquer la porte derrière vous, ou vous ne faites absolument rien sauf tourner les talons et vous en aller car c’est malheureusement encore une personne qui déteste son métier et qui compte les heures avant la fermeture en priant que ça passe le plus vite possible…

- Le deuxième type de vendeuse encore plus agaçant, c’est celle qui a un avis sur tout et qui veut absolument vous vendre quelque chose. Un moulin à parole ambulant qui voudra à tout prix vous imposer ses goûts et son amour pour les couleurs dignes d’un sapin de Noël. Dès que vous entrez dans la cabine d’essayage, vous sentez son souffle derrière le rideau, vous demandant à tout bout de champ si vous n’avez pas envie d’essayer les tonnes de vêtements qu’elle vous tend à toute vitesse et qui ne vous plaisent pas. Vous vous sentez comme un prisonnier dans une cellule d’isolement mais la torture en plus : enlever et remettre des habits que vous n’aimez pas, mais pas du tout !
Là, c’est un peu plus délicat car la personne fait quand même son travail, mal mais elle a le mérite d’y prendre goût. Alors, soit vous partez dans le même délire qu’elle en rigolant, soit vous vous excusez et vous vous barrez illico presto avant qu’elle ne vous rattrape !

Quand vous entrez dans une station-service :

Il y a un phénomène que je n’arrive toujours pas à comprendre, celui du petit bonhomme qui surgit tel un génie sorti de la lampe et qui commence sans même vous regarder à saloper votre pare-brise, armé d’un chiffon noir chargé de saletés en tout genre, répandant un brouillard de petites gouttes qui deviennent opaques au contact de l’air réduisant sérieusement et dangereusement votre visibilité. Puis vient le tour du chiffon sec qui étend ces petites gouttes d’une façon bien homogène, créant un voile blanchâtre et plein de crasse, sans oublier que vous avez essayé pendant tout ce temps de l’en dissuader à coups de klaxon et de gestes lui interdisant de toucher à votre voiture, mais rien n’y fait !
Le petit bonhomme viendra quand même à votre fenêtre, vous demandant avec insistance de monnayer le travail remarquable qu’il a fait… Apparemment, ce qui doit être récompensé, ce n’est pas le résultat mais tout simplement le fait que monsieur ait agité son chiffon !
Là aussi, vous n’avez pas le choix car généreux comme vous êtes, vous voyez bien qu’il fait ce qu’il peut pour avoir un peu de monnaie, mais est-ce qu’il ne pourrait pas laver son chiffon ? Ce serait plus facile pour tous les deux de gérer une telle situation : il serait payé pour son travail et votre pare-brise serait propre, ce n’est quand même pas sorcier !

Quand vous appelez un dépanneur (électricien, plombier, mécanicien…)

Les dépanneurs en tout genre sont une race à part. Ils pensent sérieusement que ce sont des génies mal exploités, ils sont hautains et la plupart prennent leurs clients pour de vrais imbéciles. Ils vous regardent dans les yeux et engagent automatiquement une explication contenant des mots techniques déformés pour vous convaincre que c’est une panne très grave qui nécessite le changement d’au moins une ou deux pièces… Ce qui vous semblait être une panne anodine vous coûtera bien plus cher, et cela, parce que ces charlatans savent seulement dévisser l’ancienne pièce pour remettre une nouvelle à la place. C’est moins fatigant, plus facile et surtout plus cher !
Ils ont tous le même discours, deux ou trois pannes en tête et pas mal d’entre eux y vont à l’aveuglette en espérant que la chance leur sourira !
Ne vous laissez pas faire, prenez plusieurs avis et essayez de trouver un professionnel digne de ce nom. Ne vous jetez pas dans la gueule du loup, ils n’attendent que ça, un pigeon bien frais à grignoter… Cela va prendre un peu plus de temps mais au moins, ça sera réparé en bonne et due forme !

Ce ne sont que quelques exemples tirés de la vie de tous les jours, des situations agaçantes que nous avons tous vécues et qui nous montent à la tête, des petits détails qui peuvent rapidement et d’un coup vous ôter la bonne humeur dans laquelle vous étiez et pire encore, aggraver la petite mauvaise humeur qui commençait déjà à pointer le bout de son nez…
Alors, armez-vous de patience et d’une petite pointe d’humour car croyez-moi, vous allez vivre et revivre ces situations, elles font partie de notre code génétique et si vous souhaitez qu’elles disparaissent, je suis désolée de vous dire que ce n’est pas demain la veille… !


N . Azouz
Avril Lavigne : elle divorce après un an de mariage

Avril Lavigne : elle divorce après un an de mariage

"Why do you have to go and make things so complicated ?" ... Lire la suite

  Eva Mendès et Ryan Gosling parents d'une petite fille

Eva Mendès et Ryan Gosling parents d'une petite fille

Excellente nouvelle pour Ryan Gosling et Eva Mendès ! Le couple a accueilli vendredi... Lire la suite

-10photo soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soiree
Jetset Mag
Soirées
Sorties
Culture
Potins et news
Jetset Guide