Inscrivez-vous et recevez régulièrment la Jetset newsletter : Inscrivez-vous
FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.

Interview avec George Clooney

Interviews | Publié le 21.10.2011

Dès que la presse parle de George Clooney, c’est pour relater ses conquêtes féminines. Chacune de ses apparitions déclenche une multitude de potins sur sa vie personnelle. C’est la raison pour laquelle George Clooney parle très peu à la presse. Justement, dès qu’il accorde une interview, le mot «exclusivité» devient tout à coup un terme de bataille juridique entre groupes de presse. C’est grâce à l’association qui organise les Golden Globes, et dont nous sommes membres, et à notre relation privilégiée avec l’acteur que nous avons obtenu cet entretien.

Le charme, le sérieux et le talent de George Clooney font de lui quelqu’un d’unique. Alors qu’en Europe, on ne parle que du film Les Marches du pouvoir, où il est à la fois réalisateur et acteur, Jet Set Magazine a souhaité parler d’un autre film, intitulé The Descendants et mis en scène par Alexander Payne. George Clooney y joue un père de deux enfants qui perd son épouse. Dans le deuil, il apprend que sa femme avait une liaison avec un autre homme. The Descendants est une excellente comédie dramatique. Un de ces films indépendants qui plaisent à la fois à la critique et au public grâce à la présence de George Clooney. Un George Clooney qui casse définitivement son image de séducteur au regard de velours.

Ramzy : Ce n'est pas la première fois qu'on te voit prendre à l’écran le rôle d’un père de famille. Tu as déjà joué un papa, mais là, c’est vraiment différent.

George Clooney :  C’est vrai. J’ai déjà joué un père, dans Un Beau jour et Syriana.

Ramzy : Et aussi Fantastic Mr. Fox.

George Clooney : Exact. Fantastic Mr. Fox est un dessin animé mais j'y ai joué un papa aussi. C'est très sympa de jouer ce rôle car j'en profite pour être l’oncle des enfants pendant le tournage! Je peux les inciter à faire tout ce qu'il ne faut pas faire. Manger des glaces par exemple! Mais sur ce film, c’était différent. Les enfants se comportaient comme des adultes et c’est moi qui faisais des bêtises. J’adore ce côté toton, c'est sympa.

Ramzy : Tu as déjà été marié. Est-ce qu’on se met facilement dans la peau du personnage, et dans ce cas, le rôle du mari trompé ?

George Clooney : Peu importe le personnage, lorsque tu es acteur, tu dois t'identifier à lui. Ce n'est pas une situation que je connais personnellement, mais je comprends parfaitement ce qu'il peut ressentir. Je comprends tout à fait les difficultés que rencontre mon personnage. Le fait d’avoir des proches qui tombent malades. Mais mon travail sur ce film était de faire ce qu'on me demandait dans le scénario et ne surtout pas commencer à me poser des questions sur l’approche. Tu n’as pas besoin d'être accro à l'héroïne pour jouer un toxico ! Notre boulot est avant tout d'interpréter ce que d'autres ont vécu, ou parfois nous-mêmes. Dans ce cas, tout était dans cet excellent scénario. C’était avant tout bien écrit, et mis en scène par un très bon réalisateur, Alexander Payne.

Ramzy : Comment tu gères la trahison ?

George Clooney : Je vais te dire comment : je tue ! (Rires). La trahison, ce n’est jamais bon. Nous sommes tous d'accord là-dessus. C'est une des pires choses. On en parle justement dans mon autre film, Les Marches du pouvoir. Je crois beaucoup au concept de loyauté. Le pire, c'est de mentir aux gens. D’accord, certains mensonges ne sont pas graves, mais pour moi, ça reste la pire des choses.

Ramzy : Dans The Descendants, il y a une réplique qui résume la situation. Celle où ta fille te dit : « Tu es complètement à côté de la plaque ». Bien sûr, il s’agit là de ton personnage de mari trompé. Mais dans la vie, est-ce que tu ne laisses rien passer ?

George Clooney : Il est impossible de tout gérer dans la vie. C’est vrai que j'aime être au courant des choses mais il y a toujours un élément-surprise ! J'avais un agent qui m'avait arnaqué. Il a fini par se faire virer. Parfois, c’est vrai, tu tombes des nues. En ce qui me concerne, j'essaie toujours d'avoir un regard sur mes affaires pour comprendre ce qui se passe, mais on n’est jamais à l’abri d’une surprise. Si vous ne faites confiance à personne, vous ne serez jamais dupé. Mais il faut parfois prendre des risques.

Ramzy : Et la peur de prendre des risques ?

George Clooney : Aujourd’hui, je suis heureux de dire : « Parlons-en. Parlons de cette peur. » A la fin de sa vie, ma tante Rosemary (Rosemary Clooney, chanteuse à succès, NDLR) ne pouvait pas chanter aussi bien qu’avant. Quelqu'un lui a dit « Tu ne sais pas chanter, tu chantes faux ». Elle a répondu : « Je n'ai rien à prouver, c'est pour ça que je suis une bonne chanteuse ». C'est un peu pareil pour moi, je ne cherche plus à prouver quoi que ce soit. Je suis passé à une autre étape. Je peux me permettre d’essayer d'autres rôles et de choisir ce qui me plaît et ce qui m'intéresse.

Ramzy :Tu viens de passer un cap important dans ta vie.

George Clooney : Tu veux dire mes 40 ans ? (rires…)

Ramzy : Exactement (rires…). Lorsque tu regardes en arrière, quelles sont les choses dont tu es le plus fier et éventuellement celles…

George Clooney : Dont je suis le moins fier ? J'ai eu la chance de faire des films qui ne seront pas oubliés. Hors d’atteinte ou Les Rois du désert sont des films qui n'ont pas bien marché mais qui seront toujours là car ce sont de très bons films. Je suis très fier de certains films, en particulier les projets qui ont réussi à se monter alors que personne n’en voulait. J'ai fait aussi beaucoup des navets. J’ai pris de mauvaises décisions. Mais j'ai eu la chance d’avoir pris ces décisions en début de carrière, quand personne ne regardait vraiment. J'ai fait des séries télé horribles dans lesquelles j’étais très mauvais. Mais personne ne les a vues. J'ai vraiment appris de mes erreurs. Mais même après, on fait toujours des erreurs.

Ramzy : Et la chose dont tu es vraiment le plus fier ?

George Clooney : Je suis fier d'avoir été impliqué dans de grandes causes. D’avoir pu diriger cette lumière qui est généralement sur moi vers toutes ces causes comme le Darfour ou le Soudan. C'était très important car personne ne prêtait attention à cette région du monde. Ensuite, c’est plus facile de faire un téléthon. Pour moi, c'est ça le succès.

Ramzy : Quand on sait le temps que cela prend de monter un projet de film, je me demande comment tu arrives à réaliser, jouer dans plusieurs films, et en plus à t’impliquer dans des opérations caritatives.

George Clooney : J'ai un clone qui m'aide (rires…) ! Je ne fais que regarder le monde. Je me suis rendu compte qu’il y a plusieurs choses à faire même si on n’a pas le temps. J'aurais préféré ne pas retourner au Soudan ce mois-ci mais il s’y passe quelque chose. Il faut se débrouiller pour y aller. Je vais en Chine pour une journée participer à une soirée de charité pour lever des fonds. Ce n’est pas vraiment quelque chose qui se fait pour un jour, mais c'est ainsi. Quand on a tourné The Descendants à Hawaii, je suis allé au Soudan pour quelques jours. C'est exténuant mais il faut le faire.

Ramzy : Les élections présidentielles américaines approchent. Tu vas t’impliquer dans la campagne ?

George Clooney : Je ne me suis jamais impliqué. J'ai appris il y a bien longtemps qu'à moins d'être un acteur républicain, on ne peut pas s'engager (rires…) ! Si tu es républicain, oui, mais si tu es démocrate, laisse tomber ! C'est vraiment Hollywood contre le reste du monde. Tu es constamment en train de rappeler aux gens que Hollywood est l'une des seules industries américaines à exporter ce que nous produisons pour des milliards de dollars chaque année ! Donc, je participe à quelques soirées de charité pour les candidats mais c'est tout. Tu sais, mon père (Nick Clooney, présentateur célèbre, NDLR), s'est présenté comme candidat au Congrès et je ne pouvais pas faire campagne pour lui. J'ai fait quelques opérations de charité pour lui mais c'est tout. Voilà ce que je ferai donc. Quelques dîners de gala pour être sûr de lever des fonds pour les démocrates.

 

Propos recueillis par Ramzy Malouki

Avril Lavigne : elle divorce après un an de mariage

Avril Lavigne : elle divorce après un an de mariage

"Why do you have to go and make things so complicated ?" ... Lire la suite

  Eva Mendès et Ryan Gosling parents d'une petite fille

Eva Mendès et Ryan Gosling parents d'une petite fille

Excellente nouvelle pour Ryan Gosling et Eva Mendès ! Le couple a accueilli vendredi... Lire la suite

photo soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soiree
Jetset Mag
Soirées
Sorties
Culture
Potins et news
Jetset Guide