Inscrivez-vous et recevez régulièrment la Jetset newsletter : Inscrivez-vous
FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.

Interview de Fares Karam

Interviews | Publié le 04.09.2011

Jet Set : Vous avez entamé votre carrière très jeune grâce à Studio El Fan, à quel âge avez-vous commencé ?

J’ai débuté à l’âge de 18 ans.

Jet Set : Vous avez toujours chanté « le jabali » ?

Oui, j’adore chanter « le jabali » parce que je suis né et j’ai grandi dans les montagnes, je sens que mon physique et mon caractère assez spécial vont parfaitement avec ce genre de chanson et de musique.

Jet Set : Vous n’avez pas essayé de chanter un autre genre ?

Si, j’ai essayé de chanter un peu plus classique avec l’album « Aouedni », et là je suis en train de préparer quelque chose de différent de ce que je fais  habituellement, mais je voulais vraiment suivre la ligne qui me ressemble le plus. Avant moi, personne n’osait chanter ce genre de chanson comme « Ouli Labouki » (Dis à ton père), « Tannoura » (La jupe), « chfafek ma khleat la tahki, khelat la tinbass » (tes lèvres n’ont pas été créées pour parler mais pour être embrassées). Tous chantaient le rêve et l’imagination, moi je voulais chanter comme on parle, arriver à toucher les jeunes, mes chansons sont simples et profondes en même temps.

Jet Set : On a l’impression que vos chansons mettent toujours en avant l’homme, la force de l’homme face à la femme, qu’en pensez-vous ?

Au contraire, j’ai toujours chanté la femme et je l’ai décrite avec les plus beaux termes. La femme est mon premier et dernier souci, c’est ma sœur, ma mère, mon amie, ma copine, la femme est tout dans ma vie. Je n’ai jamais pensé la regarder de haut bien, au contraire.

Jet Set : Mais il est vrai que l’homme et sa virilité sont très présents dans vos textes, vous aimez qu’il soit un homme un vrai, assez brut parfois ?

L’homme est comme ça, il doit être viril, protecteur et présent, sinon ça ne serait pas un homme.

Jet Set : Est-ce qu’on retrouve le caractère de Fares Karam dans ses chansons ?

Si mes chansons ne me ressemblaient pas, je n’aurais jamais réussi, j’ai toujours chanté ce que j’aime et ce que je ressens, quel homme n’aime pas les femmes ? Quel homme n’aime pas regarder une belle femme avec une jupe courte ? Ce serait le pire de tous les menteurs !

Jet Set : Est-ce que vous écrivez ou vous participez à l’écriture des textes de vos chansons ?

Non, je choisis les paroles des chansons avec des auteurs, je travaille avec beaucoup d’auteurs de talent comme Nached Eskandar, Yasser Jalal, Hessein Smail, Marouan Khoury…

Jet Set : Vous jouez d’un instrument ?

Je joue un peu de luth.

Jet Set : Et pour les mélodies, vous écrivez un peu ?

Là aussi je préfère travailler avec des professionnels qui me proposent des choses, j’ai travaillé notamment avec Ousama El Amir qui a composé « L’arguilet », Salim Sallami (Ettanoura), Yasser Jalel (Elghorba).

Jet Set : Comment choisissez-vous vos chansons, quel est le plus important, la mélodie ou le texte ?

Les deux sont très importants, ils se complètent, puis il y a d’autres choses qui entrent en ligne de compte, comme la production, la distribution et surtout l’énergie que met l’interprète dans ses chansons.

Jet Set : Quels sont vos projets ?

Je pars pour une tournée entre le Liban, les Emirats et le Maroc, mais si vous me demandez où je préfère aller, je vous dis la Tunisie, le Maroc et la Syrie. Je sens que le peuple syrien m’aime beaucoup, il m’a soutenu pendant longtemps, peut-être parce qu’il a vu en moi un peu de leur chanteur Fahd Ballan. Et puis je voulais absolument réussir en Tunisie et fouler le sol du festival de Carthage, j’ai réussi à y chanter et j’avais très peur de cette scène, c’est là que j’ai réellement rencontré le public tunisien. Il y avait beaucoup de personnes qui ne voulaient pas me voir à Carthage, pour eux mes chansons étaient un peu trop libérales, mais grâce au public et à l’amour qu’il m’a donné, j’ai pu monter et chanter sur la scène du festival de Carthage.

Jet Set : Pourquoi le public tunisien vous plaît-il tant ?

Parce que c’est un public qui a du goût, quand ils chantent mes chansons, j’ai l’impression d’avoir devant moi un groupe de chanteurs, ils ont l’oreille et savent apprécier !

Jet Set : Après la révolution, les Tunisiens comprennent mieux les Libanais car on a maintenant à peu près les mêmes problèmes concernant la politique et les problèmes qu’elle engendre, qu’avez-vous à dire au peuple tunisien ?

Je ne suis pas beaucoup la politique, je ne peux que souhaiter la victoire à tous les peuples opprimés et j’espère de tout mon cœur voir la Tunisie sortir indemne et avancer le plus loin possible.

Jet Set : Quel est le trait de caractère que vous préférez en vous ?

Je n’aime rien, je voudrais tout changer, car je suis quelqu’un qui vit au jour le jour, je ne fais pas beaucoup de calcul, je laisse les choses se faire naturellement, j’ai un grand cœur mais je suis aussi un petit garçon. Je devrais peut-être m’endurcir un peu mais je laisse courir, je suis comme ça ! Cela ne veut pas dire qu’on peut m’embobiner, loin de là !

Jet Set : Vous voyagez énormément depuis le début de votre carrière, vous n’avez pas envie de vous poser parfois ?

Vous voyagez énormément depuis le début de votre carrière, vous n’avez pas envie de vous poser parfois ?Non, je suis une personne qui adore voyager, parfois quand je veux être seul, je vais chez moi à la montagne, j’éteins mes téléphones et je m’isole complètement avec ma famille. J’apprécie énormément mais au bout de trois ou quatre jours, je m’ennuie et je veux tout de suite partir. Il est vrai que j’ai une vie assez chaotique mais je me sens souvent seul.

Jet Set : Vous pensez un jour avoir une famille et des enfants ?

J’adorerais, mais j’ai un caractère assez difficile, la tare vient de moi, je m’ennuie vite, je suis assez nerveux… mais j’aimerais pouvoir changer ça.

Jet Set : Est-ce que vous avez appris à gérer ce caractère ?

Non, absolument pas, je suis né comme ça et je le resterai. Si j’aime quelqu’un, je peux tout faire pour lui mais si je ne l’aime pas, il le sait de suite, il n’y a pas de juste mesure.

Jet Set : Comment vous voyez-vous dans 10 ans ?

Tel que je suis maintenant, je ne pense pas que je changerai. Je serai peut-être plus prudent certes, car plus le succès est grand, plus la chute peut être vertigineuse.

Jet Set : Qu’est-ce qui vous fait autant peur ?

Demain, mais je n’essaie même pas de le prévoir. D’autres se préoccupent de leur avenir social et financier, pas moi.

Jet Set : Vous êtes basé où ?

Au Liban chez mes parents, mes racines sont là-bas.

Jet Set : Comment avez-vous découvert votre talent ?

Tout petit, je chantais devant le miroir de la salle de bains, j’utilisais le déodorant comme micro ! Ça a commencé à me trotter dans la tête et j’ai tout fait pour y arriver.

Jet Set : Comment ça s’est passé avec votre famille et vos proches, ils étaient d’accord ?

Il est vrai que l’avis de ma famille est très important mais j’ai toujours pris mes décisions tout seul. Je me voyais artiste, je voulais entrer dans ce domaine malgré tous les problèmes et les bâtons qu’on m’a mis dans les roues. On m’a interdit de chanter à la télé, je suis resté près de 8 ans sans maison de production mais je m’en suis bien sorti et j’y suis arrivé.

Jet Set : Quelle est la qualité que vous préférez chez une femme ?

La beauté d’une femme est très importante, c’est la première chose qui m’attire et si une femme ne me plaît pas physiquement, elle ne m’intéresse pas.

Jet Set : Qu’est-ce qui vous exaspère chez les autres ?

Le mensonge, je déteste ça !

Jet Set : Quelle est la ville où vous aimeriez vivre ?

L’Australie, un jour ou l’autre… C’est un pays que j’aime beaucoup, on y mange très bien, c’est propre, l’océan est splendide, la nature est magnifique et puis il y a 7 millions de Libanais installés là-bas… J’aimais beaucoup Las Vegas mais au bout de quelques voyages, j’en ai très vite fait le tour et je n’y trouve plus la magie qu’elle véhiculait les premières fois où j’y suis allé.

Jet Set : Quel est le comble de la bêtise pour vous ?

Que quelqu’un pense pouvoir m’embobiner et qu’il est plus intelligent que moi.

Propos recueillis par Neïla Azouz

Portrait Chinois

Si vous étiez un des 5 sens ?

La vue.

Si vous étiez un mot ?

L’être humain

Le travail que vous n’auriez jamais fait ?

Président de la République.

Si vous pouviez faire réincarner 4 personnages historiques et les inviter à dîner, qui seraient-ils ?

Marilyn Monroe, Michael Jackson, Ava Gardner, Brigitte Bardot jeune (rire).

Que diriez-vous aux lecteurs de Jet Set Magazine ?

J’espère qu’ils m’aimeront et m’apprécieront toujours, et j’espère que cette interview les aidera à mieux me connaître car j’ai été sincère jusqu’au bout.

 

Fares Karam Regency Tunis Hotel (Partie I)
Fares Karam Regency Tunis Hotel (Partie II)
Avril Lavigne : elle divorce après un an de mariage

Avril Lavigne : elle divorce après un an de mariage

"Why do you have to go and make things so complicated ?" ... Lire la suite

  Eva Mendès et Ryan Gosling parents d'une petite fille

Eva Mendès et Ryan Gosling parents d'une petite fille

Excellente nouvelle pour Ryan Gosling et Eva Mendès ! Le couple a accueilli vendredi... Lire la suite

photo soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soiree
Jetset Mag
Soirées
Sorties
Culture
Potins et news
Jetset Guide