Inscrivez-vous et recevez régulièrment la Jetset newsletter : Inscrivez-vous
FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.

Interview exclusive de Emma Watson

Interviews | Publié le 07.09.2011

L’expression « voir grandir un acteur » colle parfaitement à l’actrice Emma Watson. Lorsque nous l’avons connue, elle n’avait que 12 ans. Frêle, timide, la petite Anglaise sortait à peine de l’enfance et ne semblait pas être en mesure de comprendre que son personnage, Hermione, entrerait au panthéon du cinéma. Hermione, la camarade d’un certain Harry Potter, élève, comme elle, à l’école des sorciers. 

Ainsi est née la franchise la plus lucrative de l’histoire du cinéma. Un film par an, une fin en deux parties. Harry Potter, ce sont des millions de dollars pour la romancière J. K. Rowling, et autant pour les producteurs de la franchise. Emma Watson a également eu sa part du gâteau mais contrairement à Daniel Radcliffe, poursuivi par les paparazzi de Londres à Melbourne en passant par New York, la petite Anglaise n’a pas souhaité quitter son village natal. Elle s’est même donné comme objectif de terminer ses études, tout en continuant à être Hermione à l’écran.8 ans plus tard, Hermione est devenue une jeune femme. A l’écran comme dans la vie.

Aujourd’hui, c’est surtout la vie d’Emma Watson qui nous intéresse. Emma à qui tout réussit. Les études, d’abord, puisqu’elle est classée parmi les meilleurs étudiants de la prestigieuse université de Brown aux Etats-Unis. Le cinéma, bien sûr, avec encore et toujours un succès au box-office pour la saga Potter. Et puis, la mode. Emma est devenue depuis peu la nouvelle égérie de Lancôme. C’est d’ailleurs pour les besoins d’une campagne publicitaire qu’elle a changé de coiffure et de couleur. Brune, cheveux courts, on vous présente la nouvelle Emma Watson, qui vient, pour la dernière fois, parler d’Hermione et de Harry Potter. Entretien.


Ramzy : Lorsque tu prends du recul, quel est le volet d’Harry Potter qui restera à jamais proche de ton cœur ?

Emma Watson : Je porterai toujours le premier film dans mon cœur. Pardonne-moi cette comparaison, mais c'était magique. Me retrouver sur un plateau de tournage pour la première fois de ma vie et voir comment on fabrique un film, j'étais comme dans un tourbillon ! Mon tout premier film ! Autrement, je considère que le deuxième volet est mon préféré car c’est sur le tournage de ce film que j'ai vraiment commencé à trouver mes marques. J’ai commencé à relever le défi. Je me suis sentie devenir comédienne.

Ramzy : Qu'as-tu appris en travaillant avec tous ces réalisateurs qui se sont succédé ?

Emma Watson : Chris Colombus m'a vraiment dirigée de A à Z dans le premier volet. Je n'avais jamais fait de film auparavant. Il nous a tous mis à l'aise. Il avait bien compris que nous étions des enfants dans un univers que nous ne connaissions pas. Ensuite, avec Alfonso Cuaron, j'ai travaillé avec un visionnaire. Avant même de commencer le tournage, il savait déjà ce qu'il voulait visuellement. Il a donné à mon personnage une grande importance dans le film. Mike Newell, c'était plutôt le côté anglais, très drôle, très créatif dans sa façon de donner vie à tout cet univers. Puis il y a eu David Yates. Au départ, Hermione était un peu une caricature, une parodie de ces filles que tout le monde connaît à l'école. David m’a aidée à créer un personnage un peu plus subtil et complexe. C'est grâce à lui que j'ai vraiment découvert ma méthode de travail. Je réalise aujourd’hui qu’après tous ces films, après avoir travaillé avec des animaux et des effets spéciaux, j'ai l'impression d’avoir obtenu mon diplôme de l'école de cinéma la plus difficile du monde !

Ramzy : Maintenant que tu es diplômée de l'Université d'Harry Potter, quel genre de rôle tu souhaiterais jouer ?

Emma Watson : Je crois que j'ai eu mon lot de blockbusters (rires…). Je vais donc laisser cela de côté pour un moment. Je veux travailler avec de bons réalisateurs qui ont une vision particulière. Je veux faire de petits films mais je suis assez ouverte, je n'ai pas de genre en particulier. Je tournerais bien une comédie romantique mais il faudrait qu'elle soit un peu différente si je décidais d’aller dans cette direction. J'ai lu beaucoup de scénarios avant de trouver celui que je vais tourner bientôt. Ça s'appelle « Perks of Being a Wallflower ». J'ai du mal à expliquer pourquoi, mais j'ai l'impression que c'est le bon projet. Je me dis que c'est en lisant un scénario qu'on ressent l’envie de le faire. C'est d’ailleurs ce que je veux ressentir à chaque fois. La quantité ne m'intéresse pas. Je veux choisir mes films, pas seulement mes rôles. J'ai énormément de chance de pouvoir le faire.

Ramzy : Tu as déjà pensé à t’installer, ici, à Hollywood ?

Emma Watson : Si je trouve un bon projet, j'irais le faire, quel que soit l’endroit au monde. Mais pour l’instant, j'aime faire des films chez moi, en Angleterre. Je crois qu'il y a beaucoup de gens de talent dans mon pays. Avec la franchise Harry Potter, ils ont prouvé qu'on pouvait aussi faire de gros films. Mais je ne mets pas Hollywood de côté, bien au contraire. C'est à Los Angeles que la plupart des films sont tournés. Si c’est nécessaire, je déménagerai.

Ramzy : Parlons de mode, tu es face aux caméras depuis...

Emma Watson : Depuis que j'ai 12 ans. J’ai fait mon premier tapis rouge à cet âge-là ! Depuis, je le fais tous les ans. On fait des erreurs et on apprend avec l’expérience. Je me rappelle au début, quand on me demandait « qui je portais », je me disais « quelle question bizarre… ». Je croyais que c'était plus ce que je portais, comme une robe... Mais depuis, j'ai compris que c'est vraiment un art de choisir ses vêtements avant un tapis rouge.

Ramzy : Un créateur que tu affectionnes tout particulièrement ?

Emma Watson : En ce moment, j'aime beaucoup Valentino.

Ramzy : Tu es la nouvelle égérie de la maison Lancôme. Tu représentes également Burberry’s. Comment définis-tu ton style ?

Emma Watson : Il est difficile de le définir car c'est très personnel. Il y a des choses qui m’attirent naturellement. Je dirais que je suis assez classique, simple même. J'essaie d'ajouter une petite touche moderne à tout ce que je porte. Mais je reste inspirée par Jean Seberg, Jane Birkin, Grace Kelly ou Audrey Hepburn. J’adore le style de ces icônes, et j'essaie d'y ajouter ma propre touche.

Ramzy : Rappelons que tu as même créé ta propre ligne de vêtements.

Emma Watson : Oui, c’est vrai. Cela fait déjà un moment. En fait, j'ai collaboré avec Alberta Ferretti. C'était pour une cause particulière. Tous les vêtements étaient naturels et organiques. C'était très intéressant et excitant de faire ça en plus de mon travail.

Ramzy : Tu étais bien partie pour finir tes études dans une prestigieuse université américaine, tu as changé d’avis ?

Emma Watson : Pas du tout. J'ai dû m'arrêter pendant 6 mois. J'ai essayé de faire des allers-retours entre les Etats-Unis et l'Angleterre où on tournait cette énorme franchise, mais ce n'était pas possible. Je suis un être humain et je ne pouvais pas faire les deux. Partir de Rhode Island, de l'université de Brown, filmer en Angleterre, retourner aux U.S.A., ce n’était pas faisable. De plus, Brown a un curriculum universitaire très strict qui demande des études à temps plein. Je ne voulais pas faire mes deux activités à moitié. Je voulais vraiment obtenir le maximum de cette école mais aussi du tournage. Donc j'ai mis mes études de côté un petit moment. J'ai juste arrêté 6 mois mais comme j'avais de bonnes notes, j’étais déjà en avance sur les cours. J'attaque donc ma troisième année et je ne suis même pas en retard. Donc tout va bien.

Ramzy : Tu retournes à Brown ou tu vas dans une autre université ?

Emma Watson : Dans les universités américaines, il est très commun de passer sa troisième année hors des U.S.A. Dans mon cas, je vais étudier chez moi, en Angleterre.

Ramzy : Emma, tu as la tête sur les épaules, et tu me sembles être une fille brillante. Que ferais-tu pour protéger l’environnement ?

Emma Watson : C'est un grand débat... je pense que le plus important est de faire comprendre aux gens que les ressources de la Terre ne sont pas infinies. On ne peut pas continuer comme nous le faisons. Il faut trouver des solutions alternatives au pétrole et des énergies renouvelables. J'entends souvent dire « ça ne changera rien si je n'éteins pas cette lumière » ou « c’est trop tard, ça ne changera rien ». Ça me rend folle ! Si chacun en fait un tout petit peu, les conséquences peuvent être énormes ! Pourquoi avons-nous perdu ce sentiment d'avoir une voix, d'avoir ce pouvoir de changer les choses ? Les gens peuvent changer, les choses peuvent changer, NOUS pouvons changer les choses !

Ramzy : Je sens de la passion dans ta voix

Emma Watson :Oui, beaucoup !

Ramzy : Si tu devais choisir deux films et uniquement deux films, pour le restant de tes jours…

Emma Watson : Je prendrais Géant avec Elizabeth Taylor et James Dean. Je pourrais revoir ce film des centaines de fois et toujours l'admirer. Et puis Coup de foudre à Notting Hill... Ce film me rend heureuse à chaque fois que je le revois !

Ramzy : On termine par les femmes qui t’inspirent.

Emma Watson : Comme je te le disais, je regarde toujours dans le passé. Il y a Patti Smith, Joni Mitchell et j'adore Jane Birkin. Elle fait encore et toujours de belles chansons. Et puis, j'adore Michelle Obama, je la trouve formidable !

Propos recueillis par Ramzy Malouki

Justin Bieber et Orlando Bloom se battent à Ibiza

Justin Bieber et Orlando Bloom se battent à Ibiza

Justin Bieber et Orlando Bloom se battent à Ibiza ... Lire la suite

  Lady Gaga : elle ose le manteau en plumes sous la chaleur new-yorkaise !

Lady Gaga : elle ose le manteau en plumes sous la chaleur new-yorkaise !

En gris souris, la chanteuse était pourtant loin de passer inaperçue mardi dans les... Lire la suite

photo soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soiree
Jetset Mag
Soirées
Sorties
Culture
Potins et news
Jetset Guide