Inscrivez-vous et recevez régulièrment la Jetset newsletter : Inscrivez-vous
FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.

Interview exclusive de Matt Leblanc

Interviews | Publié le 16.06.2011

Joey. Joey Tribbiani. Impossible d’échapper à Joey, l’un des « friends » de la série la plus célèbre au monde. Derrière Joey, il y a Matt LeBlanc, cet acteur du Massachusetts qui n’a finalement pas fait grand-chose avant Friends. Matt LeBlanc ne pensait d’ailleurs pas devenir acteur. Tout ce qu’il voulait, c’était gagner sa vie facilement, grâce à son physique et son sourire ravageur, il sera star… de la publicité. Des Jeans Levi’s au Ketchup Heinz, Matt collectionne les spots nationaux, avant de se faire remarquer par un agent. Un petit rôle récurrent dans une sitcom, puis ce sera la consécration avec Friends aux côtés de Courtney Cox, David Schwimmer, Jennifer Aniston, Lisa Kudrow et Matthew Perry. Friends, plus qu’une série culte, un phénomène. Mais même à Hollywood, les phénomènes ont une fin. Et la fin de Friends était synonyme de la fin d’une carrière pour les acteurs de Friends.

Finalement, il n’y a que Jennifer Aniston qui a réussi sa transition (merci, Brad Pitt) et… Matt LeBlanc, qui a aussitôt enchaîné sur ce qu’on appelle un spin off, autrement dit une déclinaison de la série, appelée Joey. Mais le public, lui, ne suit pas et Matt LeBlanc connaîtra le chômage, comme ses collègues, à une exception : Matt a tellement gagné d’argent avec la série Friends qu’il peut se permettre d’être au chômage toute sa vie. Mais ce n’est pas ce que souhaite l’acteur. David Crane, l’un des créateurs de Friends, lui propose l’adaptation américaine d’une série anglaise intitulée « Episodes ». Matt LeBlanc joue une version « fictive » de Matt Leblanc dans ce feuilleton. Déjà qu’on pensait que Joey était Matt LeBlanc… Difficile à comprendre, n’est-ce pas ? Eh bien grâce à Jet Set Magazine, toute la lumière sera faite sur… le mystère Matt LeBlanc.

Ramzy : Tu es Matt LeBlanc qui joue Matt LeBlanc. Mais est-ce vraiment Matt LeBlanc qu'on voit dans la série ?

Matt Leblanc : Moi, je ne différencie pas les deux. Je sais, ce n’est pas vraiment une réponse, mais je pense que c'est mieux pour le public de croire que c'est vraiment moi. Bien sûr, ce n’est pas le cas, puisque tout est scripté. C’est avant tout une fiction, donc c'est forcément différent.

Ramzy : Mais si les scénaristes te font passer pour quelqu’un de naïf et plutôt simple d’esprit, c’est toi qui passe pour être naïf et simple d’esprit…

Matt Leblanc : Après avoir joué Joey dans Friends, franchement, je ne peux pas me plaindre ! Après Joey, ça ne peut qu'aller vers le haut, non ? (rires…)

Ramzy : Justement, tu as gardé un souvenir du tournage de Friends ?

Matt Leblanc : Quand ils ont tout cassé à la fin de la série, quand ils ont détruit la fausse rue devant le café, chacun de nous a gardé un morceau de pavé. Je l'ai sur mon bureau. Le café, lui, est dans un musée quelque part aux Etats-Unis. (Musée Warner Bros, N.D.L.R.)

Ramzy : Comment tu vois l'évolution de la sitcom depuis Friends ?

Matt Leblanc : Friends, c'était une sitcom classique tournée à 4 caméras, devant un vrai public. C'est comme une pièce de théâtre hebdomadaire. On répète du lundi au vendredi. Le public arrive ensuite et on joue tout l'épisode dans l’ordre des scènes pour que ce public puisse suivre. Avec Episodes, il n'y a qu'une seule caméra. C'est plus délicat. On tourne tous les jours et pas forcément dans la continuité. Il faut donc bien connaître le scénario de long en large pour savoir ce qui vient avant ou après. Ça ressemble beaucoup plus à un tournage de film. C'est la grande différence. Sur Friends, le public va rire de suite si c'est drôle. On l'entend puisqu’il y a des micros placés au-dessus des gradins. Sur « Episodes », il n'y a pas de public. Je me souviens du premier jour de tournage. Il y avait deux blagues que je devais sortir. Personne n'a rigolé et ça m'a perturbé. J'ai dû me remettre en tête que c'était différent de Friends et il m’a fallu un moment avant d'y arriver. Mais maintenant, j’ai beaucoup plus l’habitude de cette approche.

Ramzy : C'était important pour toi, cette nouvelle série ? Il n’y a pas beaucoup d’acteurs qui se tournent en dérision en jouant leur propre rôle.

Matt Leblanc : En fait, c'est David Crane, producteur et scénariste sur Friends, qui m'a convaincu. Quand il m'a parlé du concept, j’ai tout de suite dit : "Qu’est ce que tu veux dire par : je vais me jouer ?" Je n’étais pas du tout rassuré. Puis ils m'ont dit : "Ce n'est pas un documentaire, c'est scripté, donc s'il y a quelque chose qui ne te convient pas, on peut toujours le changer." Une fois que j'ai compris que j'étais entre de bonnes mains et qu'il fallait que je me moque de moi-même, ça m'a plu.

Ramzy : Donc, c’est toi qu’ils avaient en tête dès le départ …

Matt Leblanc : Non, au début, ils voulaient David Schwimmer mais il a refusé (rires…). Non, je rigole. Ils m'ont appelé avant d'écrire quoi que ce soit. Ils avaient juste une idée et ils avaient pensé à moi. Ça ne m'a pas posé de problème en fait.

Ramzy : Pourquoi vous tournez à Londres et pas ici, à Los Angeles ?

Matt Leblanc : D'après ce que j'ai compris, c'était pour des raisons financières. C'est moins cher de tourner là-bas. En plus, le budget est partagé entre la BBC et la chaine câblée U.S. Showtime. Donc, il est plus logique de tourner en Angleterre… enfin, je crois. Tu devrais plutôt demander aux producteurs. Ils en savent plus que moi à ce sujet.

Ramzy : Puisque tu joues toi-même, ce n’est pas un peu confus pour ta famille ?

Matt Leblanc : Ma fille est un peu jeune pour regarder, elle n'a que 7 ans. Mes amis et ma famille me connaissent donc je leur ai expliqué de quoi il s'agissait. Le plus compliqué, c'était pour mon ex-femme. Dans la série, on expose un peu ma relation en disant que mon mariage ne s'est pas très bien terminé. Ce n’était pas le cas. J'ai gardé de très bonnes relations avec mon ex-femme. Mais comme je dis des choses qui ne sont pas très sympa dans la série, il a fallu que je lui explique tout avant la diffusion de l'épisode. Mais tout va bien maintenant !

Ramzy : Tu es le seul acteur de Friends à avoir eu ta propre série, Joey. Mais elle a été annulée très rapidement. Pourquoi as-tu accepté de faire cette déclinaison de Friends ?

Matt Leblanc : Ce n’était pas ma décision mais celle des studios Warner. Ils voulaient profiter du succès de Friends et mettre cette série dans la même case horaire. C’est ainsi qu’on a fait Joey. Il y avait une énorme pression sur la série, les scénaristes et moi-même. C'était très difficile. Quand Joey s'est arrêté, ce n’était pas évident car la série n'a pas été aussi bien reçue que Friends. Mais c'était une bonne expérience. J’ai compris à quel point l'écriture est importante dans la comédie. A la fin de Friends, le talent des scénaristes était pour nous un acquis. On pensait que tout le monde écrivait comme eux. Il y a une citation qui dit : "Si ce n’est pas sur la page, ça ne sera pas sur la scène". C'était la réalité.

Ramzy : Et qu’est-ce que tu as fait pendant 5 ans entre l’annulation de Joey et Episodes ?

Matt Leblanc : C'était génial d'avoir enfin un peu de temps pour moi. Je n'avais aucun projet et je n’avais pas besoin d’être à Los Angeles pour me rendre au boulot chaque jour. Je suis donc rentré chez moi, dans le Massachusetts. Je suis retourné chez ma mère et j'ai passé beaucoup de temps avec ma fille. Je l'ai amené à l'école, je lui ai préparé son repas le matin. J’ai repris une vraie vie. Ce n'était pas le cas avant. Ma femme faisait tout ça. Je crois que ma vie est beaucoup plus normale aujourd’hui. Si bien sûr, tu trouves tout ça normal ! (rires…)

Ramzy : Quelle est l’activité que tu préfères ?

Matt Leblanc : Rien ! Je suis le mec le plus fainéant au monde ! Ce n’est pas forcément mauvais, je suis assez productif et j’ai des responsabilités. Mais c'est bien de ne pas devoir absolument faire quelque chose.

Ramzy : Donc pas de stress pour ton avenir et ta carrière ?

Matt Leblanc : Non, tout va bien. Quand j'ai débuté, ma seule préoccupation était de payer le loyer. Maintenant, j’ai de la chance, comme mes camarades de Friends, de pouvoir payer mon loyer pendant un bon moment. Mais ce n’est pas comme si j'étais né dans une famille riche. J'ai été élevé par une mère célibataire qui n'avait pas d'argent. J’ai conscience de la valeur des choses. Il y a toutefois un côté négatif. Tous nos salaires pendant Friends ont été révélés au public. La série est d’ailleurs toujours diffusée dans le monde. Je trouve regrettable que les gens nous demandent constamment de l'argent. En plus, des gens que je connais à peine. Je me souviens d’avoir demandé à un mécano de repeindre un casque de moto. Quand je suis allé le récupérer, il me l’a facturé 900 dollars. J'ai trouvé ça un peu élevé. Ce n’est pas tout, il m'a demandé de lui prêter 50.000 dollars pour monter une affaire. Je lui ai dit : « Désolé, mais je ne connais même pas ton nom de famille ! Je ne suis pas une banque! » Je trouve ce comportement étrange ! (rires…)

Propos recueillis par Ramzy Malouki

  Cameron Diaz : nouvelle première glamour aux côtés de Kate Upton et Leslie Mann !

Cameron Diaz : nouvelle première glamour aux côtés de Kate Upton et Leslie Mann !

Après une escapade promotionnelle des plus remarquées à Sydney en Australie, le trio pétillant... Lire la suite

photo soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireeElyes et Khansaphoto soiree
Jetset Mag
Soirées
Sorties
Culture
Potins et news
Jetset Guide