Inscrivez-vous et recevez régulièrment la Jetset newsletter : Inscrivez-vous
FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.

Nourritures et souvenirs de notre pays…

Méli Melo de pensées | Publié le 10.01.2011

La mémoire de l’être humain est un labyrinthe sans fin, on y trouve tout ce qu’il a vu, vécu, ressenti mais aussi mangé… Pourquoi cette association entre la nourriture et le vécu ? Une association certes étrange mais tellement vraie, car si vous vous souvenez bien, les aliments, les recettes et les odeurs de la nourriture évoquent en nous des sensations bizarres, de nostalgie, de tristesse, de bonheur et parfois de colère… 

Tout ce qu’on mange fait désormais partie de nous, il est en nous, se transforme, nous nourrit, nous fait grandir, nous aide à tenir le coup, nous donne la pêche… et à chaque occasion que nous mangeons une chose pour la première fois ou pas, notre mémoire enregistre tout, le goût, les circonstances, l’époque et l’état d’esprit dans lequel on était. Bien sûr, cela ne se remarque pas tout de suite, c’est plus tard que notre cerveau nous envoie des signes, des images et nous plonge subtilement dans nos souvenirs… Rappelez-vous la première fois que vous avez goûté à la glace de Salem, le sorbet citron fraise, cette glace givrée et gorgée d’eau qui nous raidit la langue et la colore d’un rouge rosé qui semble indélébile…

 Ce n’est qu’une glace mais quelle glace ! celle de notre enfance qu’on adorait et que nos parents nous ramenaient après une longue attente. Elle nous rappelle la chaleur de l’été, les sorties du week-end en famille ou entre amis, ce petit plaisir qui symbolisait notre insouciance, ce moment de fraîcheur si palpable qui revient chaque fois qu’on en remange…Oui, c’est seulement une glace mais quelle glace alors !

Ou bien vous souvenez-vous du gâteau mille-feuilles de chez La Parisienne, du monde qu’il y avait devant et qui salivait devant cette vitrine remplie de crèmes et de colorants en tous genres ? Mais on l’aimait,ce mille-feuille nappé de caramel gluant qu’on avait du mal à tenir car il fallait faire attention de ne pas manger la pâte sans la crème et vice versa… Du sucre, de la douceur et un goût nostalgique des choses simples de la vie !

Ou encore, rappelez-vous de la pizza grosse comme un pavé de chez Memmi que lui seul savait et sait encore faire, qu’on nous servait dans du papier coupé à la main et que tout le monde savourait avec plaisir en admirant les taches d’huile orange qui dégoulinait sur les doigts. Elle est bonne cette pizza qui a toujours le même goût de la sauce cuite dans des kilos d’oignons et relevée avec des épices secrètes… Un vrai moment culinaire qui nous rappelle la vieille rue de Marseille, les odeurs du centre-ville, les personnages qu’on pouvait y rencontrer, des banquiers sur leur trente-et-un, des artistes, des commerçants, un melting-pot de notre population si diverse et si semblable en même temps…

Il y a aussi le mythique et savoureux pain au chocolat de chez Di Carlo, imprégné de beurre avec ce chocolat fondant pas très présent qui nous laissait sur notre faim, on cherchait là aussi la meilleure solution pour avoir des bouchées où la pâte et le chocolat pouvaient se rencontrer… L’adresse incontournable, the place to be du ramadan ! L’envie de le manger devient presque insoutenable, elle nous fait sortir à des heures impossibles pour y arriver et sentir l’odeur de la brioche qui nous attrape dès qu’on prend le tournant… Je peux aussi vous parler du lablabi de Oueld Ebba et sa précieuse bague casse-œuf que tout le monde voulait voir, un personnage qui nous sert l’un des plats les plus populaires de Tunis, mais aussi le moins cher, un plat qui nous réchauffe et réchauffe nos cœurs par la même occasion…

Il y a aussi l’incontournable Café vert à La Goulette avec ses escargots et ses mezza à vous faire tourner la tête, ses fell au poisson relevées comme il se doit et son mythique maître Amor qui vous fait sentir comme chez vous dès que vous franchissez la porte… Un monument qui nous rappellera toujours nos déjeuners du dimanche et les fous rires des gens heureux… Enfin, dernier et pas des moindres, le sandwich de Ouel El Bey, celui de nos anciens aristocrates qui ont su nous ramener vers eux grâce à leur délicieux pain, ommek Houria et brick dannouni, des petites gourmandises qui nous ont valu d’interminables moments d’attente pour titiller nos papilles et nous réunir autour d’un simple mais délicieux sandwich…

Tout ça nous rappelle notre enfance, nos petits moments de bonheur, nos découvertes culinaires et nos souvenirs indélébiles d’un pays qu’on aime tous à la folie. Ces petites choses qui se bousculent dans nos mémoires nous poussant à dire que quoi qu’il arrive, on sera toujours reconnaissant face à ces gens qui n’utilisent ni politique, ni média mais qui font tout simplement la richesse de notre culture et de nos traditions… Ils ont réussi et réussiront toujours à nous réunir tous autant que nous sommes…

John Fitzgerald Kennedy a dit : Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande ce que tu peux faire pour ton pays.

Et je le dis aussi…

N.AZOUZ
Leila (Secret Story 8) : Décolleté indécent après une soirée médiévale

Leila (Secret Story 8) : Décolleté indécent après une soirée médiévale

Leila Ben Khalifa ne chôme pas. A peine deux mois après sa sortie triomphale... Lire la suite

Kim Kardashian interdite de visite en Inde : découvrez pourquoi

Kim Kardashian interdite de visite en Inde : découvrez pourquoi

Kim Kardashian devait voyager en Inde ce week-end pour participer à la version locale... Lire la suite

photo soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soiree
Jetset Mag
Soirées
Sorties
Culture
Potins et news
Jetset Guide