FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.

Weldi « Mon Cher enfant » de Mohamed Ben Attia : La douleur d’un père

Evénements | Publié le 16.05.2018

J’ai eu l’occasion et le privilège d’assister à la première projection du dernier film réalisé par Mohamed Ben Attia « weldi » et ce pendant le prestigieux festival de Cannes. 
Rappelons que le film a été sélectionnée à La Quinzaine des Réalisateurs 2018.





« Weldi mon cher enfant » raconte l’histoire de Riadh (Mohamed Dhrif) et Nazli (Mouna Mejri) un couple de tunisiens âgés qui se sont sacrifiés toute leur vie pour permettre à leurs fils Sami (Zakaria Ben Ayed) d'aller à l'école. Alors que le père arrive à la retraite et s'apprête à quitter son métier de cariste sur le port de Tunis, le fils révise pour le bac. Il est sujet à des migraines terribles et sa santé devient le souci principal de ses parents. Jusqu'au jour où il va mieux puis disparaît. Les parents n'ont rien vu venir et leur désarroi est incommensurable quand ils découvrent que Sami est parti faire le djihâd en Syrie.

Le père désemparé et inconsolable part à la recherche de son fils et découvre cette machination secrète qui lui a enlevé la prunelle de ses yeux sans prévenir.

Mohamed Ben Attia réalisateur aussi du film « Hédi » a cette façon de raconter l’histoire de ses personnages avec une certaine introversion, les dialogues sont minimalistes mais les expressions et les sentiments sont bien réels, et tellement bien filmés que parfois les paroles sont superflues.

Le film nous entraîne dans une quête de vérité, une envie de comprendre, de vouloir savoir pourquoi ? Comment c’est arrivé ? alors que tout allait plus ou moins bien puisque Sami le fils ne dit rien et fait tout pour dissimuler ses projets...





Le réalisateur a choisi de relater cette histoire à travers le point de vue du père qui n’arrive pas à cacher son chagrin et qui erre tel un zombie au milieu de ce malheur qui touche de plus en plus de familles.

Mohamed Ben Attia a voulu raconter cette tragédie d’un angle différent, ce n’est pas un documentaire sur le jihad mais c’est un film sur l’amour des parents pour leur enfant.

A la fin du film la salle a offert une standing ovations de plusieurs minutes ce qui a ému le réalisateur ainsi que toute l’équipe du film qui était présente au complet.

Les félicitations du public pleuvaient et l’émotion était palpable.

Bravo à Mohamed Ben Attia, aux acteurs et à tous ceux qui ont participé à la réalisation de ce film qui on l’espère fera un long chemin dans les festivals du monde.

Nous lui souhaitons bonne continuation en attendant le prochain avec impatience.

N.Azouz

photo soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soiree
Jetset Mag
Party pics
Où sortir
Agenda Culturel
Beauté et mode
People
The Place To Be
City guide
Auto