FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.

Angelina Jolie et Brad Pitt : Coups bas et mauvaise pub, le divorce de l'enfer

Publié le 09.08.2018

Angelina Jolie et Brad Pitt : Coups bas et mauvaise pub, le divorce de l'enfer

Bloqués dans une procédure de divorce tumultueuse, Angelina Jolie et Brad Pitt ne cachent plus leur aversion mutuelle et se rendent coup pour coup. A l'heure où les négociations patinent, toutes les accusations sont permises et l'issue semble lointaine, très lointaine...


La guerre entre Angelina Jolie et Brad Pitt fait rage, et elle n'est pas près de s'arrêter. Loin de là.

En procédure de divorce depuis environ deux ans (celle-ci avait été lancée en septembre 2016 après onze ans de relation et deux de mariage), les acteurs ne parviennent toujours pas à trouver un terrain d'entente pour décrocher un accord permanent sur la garde de leurs enfants, Pax (14 ans), Zahara (13 ans), Shiloh (12 ans), Vivienne et Knox (10 ans). Âgé de 17 ans, Maddox est désormais suffisamment âgé pour prendre ses propres décisions et déterminer si oui ou non il souhaite voir son père. Il y a quelques semaines, un juge avait ainsi ordonné à la comédienne de 43 ans d'arrondir les angles avec son futur ex-mari et de "réparer" la relation de Brad Pitt avec leurs enfants. En effet, la justice soupçonnait un syndrome d'aliénation parentale du côté d'Angelina Jolie qui aurait tout fait pour écarter ses fils et ses filles de leur père.

PANIQUE DANS L'ÉQUIPE D'ANGIE

Depuis ces révélations, tout va de mal en pis. Le 4 août, TMZ révélait que la redoutable avocate d'Angelina Jolie, Laura Wasser, avait décidé de claquer la porte en raison du caractère "démesuré" de sa cliente. "Elle veut tuer la moindre relation que Brad a avec ses enfants. (...) Cela ne convient pas à Laura Wasser qui s'est fait un nom dans le domaine du divorce en promouvant les accords à l'amiable et la coparentalité", avaient annoncé nos confrères. Le départ de Laura Wasser a par la suite été démenti par la représentante d'Angie. TMZ a réitéré son récit, assurant que Laura Wasser ne souhaitait plus représenter l'actrice et que d'autres avocats avaient été recrutés pour reprendre le dossier.


C'est après ce malheureux épisode qu'Angelina Jolie a souhaité (encore) frapper fort. Dans des documents transmis mardi 7 août 2018 devant un tribunal de Los Angeles, la star hollywoodienne a demandé au juge d'acter le plus rapidement possible son divorce afin de redevenir "célibataire". En outre, elle a attaqué Brad Pitt en expliquant que ce dernier ne lui avait apporté "aucun soutien financier significatif" pour les enfants depuis leur rupture. Une sale pique à laquelle l'acteur de 54 ans n'a pas tardé à répondre. Dans ses propres documents remplis en urgence, Brad Pitt réfute les propos de son ex, assurant qu'il lui a versé plus de 9 millions de dollars depuis leur séparation. Ce versement constitue un "prêt" de 8 millions de dollars pour financer la nouvelle propriété d'Angelina Jolie à Los Angeles, où résident une grande partie de l'année les enfants, ainsi que 1,3 million de dollars de "pension alimentaire" qui a permis de financer les dépenses, factures et autres coûts de la vie liés aux enfants.

ANGELINA JOLIE, UNE "MENTEUSE" ET UNE "MANIPULATRICE" SELON BRAD PITT

Passablement crispé, Brad Pitt n'a pas pesé ses mots dans ses documents, assurant que les dernières accusations d'Angelina Jolie étaient "des efforts à peine voilés pour manipuler la couverture médiatique". Les avocats de l'acteur affirment également que l'idée d'accélérer la procédure de divorce venait de Brad Pitt, et non d'Angelina Jolie. "C'est les avocats de Brad qui ont appelé les avocats d'Angelina la semaine dernière pour demander exactement cela... d'accorder le jugement du divorce rapidement et ensuite de s'occuper des questions de pension alimentaire et de règlement de propriété. Ils disent que ses avocats ont dit qu'ils discuteraient de la question avec leur cliente, puis Angelina a fait croire que c'était ELLE qui voulait un divorce rapide", écrit TMZ ce 8 août.

"Brad ne paye pas sa part"

Comme tous les coups sont permis et que le linge sale n'a pas fini d'être lavé en public, Angelina Jolie a de nouveau contre-attaqué. Dans un communiqué transmis à la presse, sa nouvelle avocate, Samantha Bley DeJean du cabinet Bley and Bley, a assuré que Brad Pitt était le fautif. "La demande d'Angelina était à la fois juridiquement appropriée et précise à tous les égards. La réponse de Brad est une tentative flagrante de dissimuler la vérité et de détourner l'attention du fait qu'il n'a pas pleinement rempli ses obligations légales de soutenir les enfants. À la suite de l'incident de septembre 2016, Angelina et les enfants ont dû quitter la maison familiale, que Brad a choisi de conserver, y compris tout son contenu. On a demandé à Brad d'aider aux frais d'une nouvelle maison pour Angelina et les enfants, mais au lieu de cela, il a prêté de l'argent à Angelina, pour laquelle il facture ses intérêts sur un plan de paiement. Angelina va bien sûr honorer ce prêt. Cependant, un prêt ne constitue pas une pension alimentaire, et le fait de le présenter tel quel est trompeur et inexact", lit-on.


La partie de l'actrice poursuit : "Angelina demande à Brad de payer 50% des dépenses des enfants. Ce qu'il ne fait pas. Angelina a dû régler la majorité des dépenses sans sa contribution au cours des deux dernières années. La pension alimentaire n'est pas facultative en Californie. Généralement, un père de famille paierait ces dépenses volontairement sans qu'une demande ou une ordonnance du tribunal ne soit nécessaire. Nous espérons que tout ceci pourra être résolu sans plus tarder", a-t-on conclu.

La suite de la saga au prochain épisode...

 

 


PurePeople

Contact Jetsetmagazine.net
Jetset Mag
Party pics
Où sortir
Agenda Culturel
Beauté et mode
People
The Place To Be
City guide
Auto