Giorgio Armani, son coup de gueule au monde de la mode: « Je ne veux plus travailler comme ça, c'est immoral. Il est temps de supprimer le superflu ! »

Une lettre qui a la valeur d'une feuille de route pour recommencer lorsque l'urgence du coronavirus est surmontée et il faudra recommencer à partir



Giorgio Armani, son coup de gueule au monde de la mode: « Je ne veux plus travailler comme ça, c'est immoral. Il est temps de supprimer le superflu ! »

Une lettre qui a la valeur d'une feuille de route pour recommencer lorsque l'urgence du coronavirus est surmontée et il faudra recommencer à partir des priorités, ralentissant ces rythmes effrénés que le système de la mode a eu ces dernières années, mais c’est une lettre qui porte la saveur d’un coup de gueule.

En mars, les entreprises de mode italiennes ont vu leur chiffre d'affaires remis à zéro, les marchandises bloquées dans les magasins étant fermées au moins jusqu'au mois de mai prochain, et les estimations de la Fédération italienne de la mode prévoient une diminution d'au moins 50% des collections pour 2020 raison pour laquelle - après avoir reconverti les productions pour en faire des manteaux et des masques - il faut repenser comment recommencer.

"Cela n'a pas de sens qu'une de mes vestes ou combinaisons reste dans le magasin pendant trois semaines, devienne immédiatement obsolète et soit remplacée par de nouveaux produits, qui ne sont pas trop différents de ceux qui les ont précédés. Je ne travaille pas comme ça, je trouve ça immoral - écrit Armani -. J'ai toujours cru à l'idée d'une élégance intemporelle, à la création de vêtements qui suggèrent une façon unique de les acheter: qui dureront dans le temps.

Pour la même raison, je trouve absurde que pendant l'hiver, dans la boutique, il y ait des robes en lin et pendant l’été les manteaux en alpaga, ceci pour la simple raison que le désir d'achat doit être satisfait immédiatement - continue le designer- en analysant la situation actuelle -. Qui achète des vêtements pour les mettre dans une armoire en attendant la bonne saison pour les porter? Personne, ou quelques-uns, je crois. Mais ce système, piloté par les grands magasins, est devenu la mentalité dominante. Faux, nous devons changer, cette histoire doit finir ! Cette crise est une merveilleuse occasion de tout ralentir, de tout réaligner, de dessiner un horizon plus authentique et plus vrai ".

«Plus de spectaculaire, plus de gaspillage. Depuis trois semaines, je travaille avec mes équipes pour que, après le confinement, les collections d'été restent dans les boutiques au moins jusqu'au début du mois de septembre, comme cela devrait être. Et c'est ce que nous ferons désormais. Cette crise est aussi une merveilleuse opportunité de redonner de la valeur à l'authenticité: assez avec la mode comme jeu de communication, assez avec les défilés de mode à travers le monde, juste un balai pour présenter des idées fades. Assez avec les spectacles grandioses qui se révèlent aujourd'hui pour ce qu'ils sont: inappropriés, et même vulgaires.

Assez de défilés partout dans le monde, réalisés à travers les voyages qui polluent. Assez avec le gaspillage d'argent pour les spectacles, ce ne sont que des coups de pinceau de vernis à ongles apposés sur rien. Le moment que nous traversons est turbulent, mais il nous offre l’occasion unique de réparer ce qui ne va pas, de supprimer le superflu, de retrouver une dimension plus humaine ... C’est peut-être la leçon la plus importante de cette crise ", conclut le grand créateur.