Conférence de presse de la 2è édition du festival "Manarat"

Une invitation à la détente et à la réflexion


Conférence de presse de la 2è édition du festival "Manarat"

Une invitation à la détente et à la réflexion



C'est du 1er au 7 juillet 2019 que se tiendra la seconde édition du festival "Manarat" du cinéma méditerranéen. Une conférence de presse a eu lieu aujourd'hui 19 juin au siège de la BIAT, parrain de ce festival annuel en présence d'un grand nombre de représentants de médias.


Un quatuor de femmes formé par Dorra Bouchoucha, directrice de "Manarat", Chiraz Latiri, directrice du CNCI, Sophie Renaud, directrice de l'IFT et Khansa Bouassida, directrice de la communication institutionnelle de la BIAT ont  successivement présenté les grandes lignes et les points forts de ce rendez-vous, tout en rappelant du pourquoi et du comment de ce nouveau festival cinématographique. Dorra Bouchoucha a fait rappeler que la particularité de ce festival est qu'il va vers le public en lui proposant des projections nocturnes sur les plages.

Et cette année, leur nombre a augmenté pour passer de sept à neuf plages compte tenu du succès rencontré lors de la première édition. Elle a succinctement annoncé la programmation avec un compétition comptant dix films provenant des rives nord et sud de la Méditerranée, les noms des membres du jury: l'écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud, l'actrice égyptienne Salwa Ali, le réalisateur français Michel Leclerc et les actrices tunisienne Souhir Ben Amara et turque Damla Sönmez.

Des séances spéciales auront également lieu, a jouté l'interlocutrice, avec la projection du film belge: "Le jeune Ahmed" des frères Jean Pierre et Luc Dardenne pour lequel ils ont reçu le Prix de mise en scène au festival de Cannes 2019. Ils auront d'ailleurs une rencontre-conversation avec le public au cinéma "L'Alhambra" à la Marsa dans le cadre des rencontres avec le invités d'honneur du festival, à l'instar des actrices égyptiennes Ilham Chahine et Nelly Karim et de l'acteur égyptien Mahmoud Hemida, du réaisateur également égyptien Yousri Nasrallah "Manarat" comporte aussi un volet relatif aux aspects du cinéma contemporain égyptien et italien et un autre sur le cinéma engagé et social.   

Plusieurs ateliers auront lieu particulièrement sur la relation entre le cinéma et la télévision au niveau de la production et de la diffusion des films en Méditerranée. De son côté, Chiraz Latiri a axé son intervention sur les rencontres institutionnelles entre le CNCI et le CNC français, la rencontre entre sept CNC arabes,. La participation de la Cinémathèque Tunisienne à ce grand rendez-vous n'est pas en reste, du fait que treize cinémathèques méditerranéennes s'y rencontreront. De même que les commissions d'aide à la production tuniso-française, tuniso-belge et tuniso-italienne se rencontreront.

Sophie Renaud, directrice de l'Institut français de Tunisie (IFT) a déclaré que "Manarat" est un plus pour les festivals d'été en Tunisie et qu'il stimule les échange et tisse les liens pour créer des projets et valoriser l'écosystème tunisien. Khansa Bouassida, représentante de la BIAT a rappeler du côté qui valorise les jeunes talents artistiques chez la BIAT à travers la Fondation BIAT pour la jeunesse crée en 2014. Quant à Leila Tekaya, représentante de l'ONTT, elle a déclaré que l'Office national du tourisme tunisien et le festival "Manarat" mènent un combat commun au niveau de la valorisation de la Tunisie et de ses plages, tout en mettant en valeur les produits.

 De son côté, son Excellence M.  Olivier Poivre d'Arvor, ambassadeur de France en Tunisie, est revenu sur le terme du combat et son sens aux niveaux climatique et écologique, d'autant plus que "La Saison Bleue" inclut "Manarat" dans son programme d'été. Ce festival s'annonce avec une programmation très riche dans les salles et sur les plages de la Tunisie.


B.L.