Exposition « ECCE EROS, voici l’amour ! » D’Amira Yaakoubi Í  l’Espace Aire Libre d’El Teatro : Un corps de femme sublimée

Avec une exposition aussi belle qu’étonnante, Amira Yaakoubi nous offre Í  travers son exposition de peinture intitulée : « Ecce Eros, voici l

Exposition « ECCE EROS, voici l’amour ! » D’Amira Yaakoubi Í  l’Espace Aire Libre d’El Teatro : Un corps de femme sublimée

Voir les photos
5 photo(s)

Avec une exposition aussi belle qu’étonnante, Amira Yaakoubi nous offre Í  travers son exposition de peinture intitulée : « Ecce Eros, voici l’amour ! » qui se tient jusqu’au 2 mars Í  l’Espace Aire Libre d’El Teatro, Í  lire un manifeste de l’érotisme et du nu féminin.

2Eros.jpg

Après avoir clÍ´turé dernièrement son exposition : «EXIT MOTUS » Í  Paris, elle nous propose de découvrir ou de redécouvrir son travail, car elle a déjÍ  exposé en groupe en Tunisie. « Elle a traité de la question de l’existence féminine, entre érotisme, interdit et révolution », comme le souligne Mahmoud Chalbi (MACH), animateur de cet espace pictural, dans son texte de présentation de l’artiste. Cette dernière ne va pas par quatre chemins pour nous mettre dans le vif du sujet, celui de raconter la femme.

4Eros.jpg

Le romantisme et les notes d’humour s’y cÍ´toient. Le corps de la femme est sublimé. « Aimes- moi et laisses-moi t’aimer… » Titre Amira Yaakoubi son introduction Í  l’exposition. Un travail qu’elle réalise Í  l’acrylique et pastel sur toile, au pastel gras sur toile, en technique mixte sur toile, Í  l’acrylique sur toile et au pastel et Í  l’encre sur toile. Ainsi, et dans sa peinture, elle multiplie les techniques pour mettre en valeur la femme en tant qu’être humain et non en tant que « créature. »

L’artiste peintre s’insurge et toujours dans son texte introductif Í  l’exposition contre la sous estimation de la femme. Elle dit notamment : « Aujourd’hui encore, l’hyper sexualisation est de mise dans de nombreux débats autour de la place de la femme, de son corps, des normes sexuelles qu’on lui impose, de son processus de libération… » Elle explique, d’un autre cÍ´té, « qu’ « Ecce Eros » propose une folie parallèle, une existence libérée et amoureuse en dehors des dédales des peurs archaͯques. »

Une exposition qui nous prend au dépourvu et qui invite Í  penser au vrai amour Í  un niveau cérébral qui concerne, l’esprit, l’intelligence et la pensée.

B.L.