Conférence de presse du festival de la Médina au Palais Kheireddine

Une participation tunisienne bien fournie

Conférence de presse du festival de la Médina au Palais Kheireddine

Voir les photos
6 photo(s)
Conférence de presse du festival de la Médina au Palais Kheireddine

Conférence de presse du festival de la Médina au Palais Kheireddine

Conférence de presse du festival de la Médina au Palais Kheireddine

Conférence de presse du festival de la Médina au Palais Kheireddine

Conférence de presse du festival de la Médina au Palais Kheireddine

Conférence de presse du festival de la Médina au Palais Kheireddine

Conférence de presse du festival de la Médina au Palais Kheireddine

Conférence de presse du festival de la Médina au Palais Kheireddine

Conférence de presse du festival de la Médina au Palais Kheireddine

Conférence de presse du festival de la Médina au Palais Kheireddine

Conférence de presse du festival de la Médina au Palais Kheireddine

Conférence de presse du festival de la Médina au Palais Kheireddine

Une participation tunisienne bien fournie

Le Comité directeur du Festival de la Médina a tenu une conférence de presse au Palais Kheireddine pour présenter le programme de la 37è édition de cette manifestation annuelle qui aura lieu au mois de Ramadan  du 10 au 31 mai 2019.

Cette conférence a été l’occasion  pour donner des éclaircissements sur le pourquoi de la programmation uniquement de spectacles tunisiens, hormis celui des « Chouyoukh Salatin Ettarab », de Syrie durant cette édition. Zoubeir Lasram, directeur du festival de la Médina, a fait savoir que pour la première fois un partenariat a été établi entre le festival et le ministère des affaires culturelles. Il permet l’organisation de spectacles à la Cité de la Culture qui se chargera de toute la logistique et de la biletterie à valeur de 60% pour la Cité de la Culture et 40% pour le festival.

conference5.jpg

Il a ajouté que la Municipalité de Tunis accompagne le festival de la Médina  depuis sa création et aucun problème n’a eu lieu entre les deux parties. Et répondant à la question de « Jetset Magazine » sur le pourquoi de l’absence d’artistes étrangers pour cette nouvelle édition, Ilhem Abdelkéfi, membre du comité directeur du festival de la Médina a expliqué que les artistes étrangers veulent être payés en devises, soit en Euro ou en Dollar, en plus des billets d’avion, de l’hôtel ce qui est aujourd’hui impossible vu la situation économique difficile que traverse la Tunisie.

Cela permet donc de montrer le travail des jeunes et des moins jeunes artistes tunisiens, a-t-elle ajouté. D’un autre côté, quelques artistes inscrits au programme du festival étaient présents. Amina Srarfi a insisté à dire que son spectacle « Lella » qui est un travail de recherche qu’elle a entrepris sur les chants soufis féminins, n’est pas en duo avec Nebiha Karaouli, dans la mesure où cette dernière y est invitée dans le volet des chants soufis intéressant les régions du sud, comme ceux de Gafsa.

Quant à Zine Haddad, il a indiqué que son tour de chant intitulé se situe entre le Malouf et les chansons tunisiennes inédites d’Ali Riahi et Sadok Thraya, comme cela a été le cas pour d’autres oeuvres de ces deux grands chanteurs et compositeurs tunisiens. Le festival de la Médina s’annonce riche avec également un spectacle de café chantant de Monjia Yahia à la place Bab Souika intitulé : « My Spectacle », comme au bon vieux temps du « Cafichanta. » Cette artiste a indiqué que c’est sa troisième participation à ce festival où elle invite un artiste indou de la région de Kérala.


B.L.