Exposition « Mirage d’espoir » au Palais Abdelliya à la Marsa

La migration par approches différentes

Exposition « Mirage d’espoir » au Palais Abdelliya à la Marsa

Voir les photos
8 photo(s)

La migration par approches différentes
Une exposition collective réunissant treize artistes méditerranéens et intitulée : « Mirage d’espoir » organisée par la section Tunisie de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Centre international de la culture et des arts Palais Abedelliya, à la Marsa, se tient en ce lieu depuis le 3 mai et jusqu’au 2 juin 2019.



Fruit d’une résidence artistique qui avait eu lieu à Tunis où avaient participé ces artistes venant de onze pays méditerranéens, cette exposition propose des œuvres qui abordent la thématique de la migration par des approches différentes. Une rencontre méditerranéenne et un croisement de visions autour de la migration pour en parler autrement. Et ce sont des œuvres qui ne laissent pas indifférent et qui filtrent des messages d’espoir en clignant de l’œil aux amères réalités de la migration clandestine. Cela va de la peinture, à l’installation et à la photo.



La fâcheuse migration clandestine provoque des drames en haute mer. La Mare Nostrum, la Méditerranée est considéré comme un lac de paix et d’espoir qui se transforme plutôt en cimetière aux candidats à la migration clandestine. Ils espèrent pourtant atteindre l’autre rive pour gagner l’Eldorado. Et dans sa présentation du travail des artistes dans cette exposition, Lorena Lando, Chef de mission de l’OIM en Tunisie, dit en substance : « Ils suscitent des émotions et favorisent la compréhension des migrants et de la migration. »



De son côté, Michela Margherita Sarti, commissaire de l’exposition, indique que « L’art peut donner l’occasion de poser un regard honnête sur l’époque dans laquelle nous vivons. » Les artistes plasticiens participants sont : Walid Ardhaoui et Omar Bey, de Tunisie, Austin Camilleri, de Malte, Yves Gobart, de France, Nacho Martin Silva, d’Espagne, Teresa Carneiro, du Portugal, Gulin Hayat Tapdemir, de Turquie, Lisa Perini, d’Italie, Marianne Catzaras, de Grèce, Wael Darwesh, d’Egypte, L’Homme Jaune, d’Algérie et Mohamed Elouanti, du Maroc.

Une exposition qui occupe plusieurs salles du Palais Abdelliya, ce lieu de l‘histoire et des arts et qui mérite le déplacement.






B.L.