34è festival international du film amateur de Kélibia

Les voix du cinéma de demain


34è festival international du film amateur de Kélibia

Les voix du cinéma de demain

Avec le même engouement, la même passion du cinéma, des milliers de spectateurs jeunes et moins jeunes se sont retrouvés pour les projections au théâtre de plein air de la maison de la culture de Kélibia du 1er au 6 août à l’occasion de la 55è édition du festival international du film amateur (FIFAK) de l’ancienne Clupia.

Un rendez-vous incontournable concocté par la Fédération tunisienne des cinéastes amateurs (FTCA) qui y affiche ses sélections du cinéma amateur en Tunisie dans le cadre d’une compétition nationale avec 12 courts-métrages cette année où participent ses clubs répartis sur tout le pays. Des films d’écoles en font partie. Il s’agit également de la compétition internationale avec 23 courts-métrages dont trois tunisiens. Un cinéma militant, indépendant et qui met à nu des vérités trop souvent cachées sur des situations sociales invivables.

Nous n’avons pu voir que six films de la compétition nationale étant donné que nous n’étions à Kélibia que pour trois soirées. Un film a émergé du lot. Il s’agit du « Parcours. » Un film de six minutes et 40 secondes d’Ali Kaddech et Kadhem Nemsi qui a été tourné dans le cadre des Rencontres du film documentaire de Redeyef. D’une extrême sobriété, il ne va pas par quatre chemins pour exposer la situation d’un homme devenu handicapé mais qui continue son parcours sur le chemin de la vie sans délaisser son métier de tailleur.

Et sur un autre plan, un atelier d’initiation à la critique cinématographique a été organisé par l’Association tunisienne pour la promotion de la critique cinématographique (ATPCC) en collaboration avec le FIFAK. Il a été dirigé par l’universitaire, chercheur et cinéaste Sonia Chamkhi. Les participants y ont visionné des films courts pour y écrire des textes là-dessus. Des projets d’articles de critique cinématographique.

B.L.