Conférence de presse de la 55è édition du festival international de Carthage

Beaucoup de revenants et peu de nouveautés


Conférence de presse de la 55è édition du festival international de Carthage

Les détails de la programmation de la 55è édition du festival international de Carthage ont été fournis aujourd’hui 5 juillet 2019 par Mokhtar Rassâa, directeur de cette édition qui aura lieu du 11 juillet au 20 août 2019, au cours d’une conférence de presse tenue à la « Salle 350 », à la Cité de la Culture.

Peu de nouveautés et beaucoup de reprises caractérisent l’actuelle édition de ce festival, voire de cette institution. L’interlocuteur était à son aise et parlait parfois sur un ton humoristique, ce qui n’est pas trop loin de son franc-parler quotidien. Si bien qu’il semblait faire un One Man Show. Ce détail lui a été remarqué par quelques-uns parmi les journalistes présents. Mokhtar Rassâa a rappelé que le budget du festival était amoindri par rapport à l’année précédente appelant les institutions nationales, les privés et les banques à investir pour le festival et pour la culture en général. « Cela est de nature à mieux présenter l’image de la Tunisie à l’étranger, a-t-il fait remarquer.

Le directeur du festival de Carthage s’est beaucoup arrêté sur le spectacle d’ouverture : « Le lac des cygnes » du ballet de Saint-Petersbourg qui sera présenté pour la première fois en Afrique. D’un autre côté, « Moulouk Attawaef », de feu Mansour Rahabani, chanté par Hiba Tawaji et Ghassen Saliba, a-t-il ajouté, sera présenté le 15 juillet. Ce grand travail artistique transpose à travers une page de l’histoire des Arabes en Andalousie et leur chute à Cordoue en 1492, les réalités amères vécues aujourd’hui par le Monde arabe. Mokhtar Rassâa devait présenter un par un chaque spectacle et dire le pourquoi et le comment des choix des artistes et autres spectacles.

On y retrouve, par exemple, le retour des chanteurs syriens Faia Younan, et Nassif Zeitoun, de voix très sûres, selon le premier responsable du festival de Carthage. Ghalia Ben Ali, la chanteuse tunisienne résidente en Belgique chantera pour la première fois sur la scène de ce festival, le 27 juillet, bien qu’ayant chanté ailleurs en Tunisie. Saber Rebaï clôturera le festival, alors que Lotfi Bouchnak y chantera le 28 juillet. Les spectacles : « Ezziara » de Sami Lejmi, trop consommé depuis deux saisons, est au programme, « La Hakka La Hakka » de Nidhal Saïdi et l’incontournable Lotfi Abdelli avec : « Just Abdelli 100% Tabou » et « Big Bossa » de Wajiha Jendoubi, formeront le volet théâtral, voire de Stand Up, du festival de Carthage 2019.


Le retour du chanteur tunisien Adnène Chaouachi, qui a été parmi les premiers à chanter en solo à Carthage, dès 1983, sera remarqué avec un long parcours artistique. Et pour rester avec le programme, sinon avec les reprises, Assi Hellani, Carole Smaha et Ragheb Alama (Liban), avec un nouvel album, Olfa Ben Romdhane et Marwen Khoury et Nour Mhanna (Syrie), feront plaisir à leurs nombreux fans en Tunisie. Mais il est des nouveautés comme le marocain : Lartiste, la révélation actuelle et Leo Rojas, de l’Equateur, une plongée dans la musique latino américaine, plus spécialement celle de la flûte indienne d’Amérique. Autant de noms et d’autres encore qui meubleront les nuits de Carthage de cet été 2019.

Mokhtar Rassâa a également annoncé que la chanteuse Latifa Arfaoui sera l’invitée du festival ce 19 juillet. Son nom ne figure d’ailleurs pas sur le programme officiel.

Voici le programme détaillé du festival de Carthage 2019 :

11 juillet : Ballet « Le lac des cygnes » (Russie)
12 juillet : Ballet japonais « Awa Danse »
15 et 16 juillet : Opérette : « Moulouk Attawaef » (Liban)
18 juillet : Faia Younan (Syrie)
20 juillet : Adham Nabulsi (Palestine)
21 juillet : Soolking (Algérie)
22 juillet : « Big Bossa » (Wajiha Jendoubi)
23 juillet : Soirée de musique alternative tunisienne : Bargou 08, Zied Zouari et Lina Ben Ali
24 juillet : Adnène Chaouachi
25 juillet « Ezziara » de Sami Lejmi
26 juillet : Nassif Zeitoun (Syrie)
27 juillet : Ghalia Ben Ali
28 juillet : Lotfi Boucnak
29 juillet : Leo Rojas (Equateur)
30 juillet : « Paroles…Sayed Darwich et autres » d’Oussema Farhat
1er août : Lartiste (Maroc)
2 août : Rim Talhami et la troupe El ins wal jam
3 août : Ragheb Alama
4 août : Gospel pour 100 voix
5 août : Ballet chinois
6 août : « La hakka la hakka » de Nidhal Saïdi
7 août : Nour Mhanna (Syrie)
8 août : « Cendrillon » (France) Spectacle pour enfants
9 août : Carole Samaha (Liban)
10 août : Hadhret Sidi Ben Aïssa de Mèknès (Maroc)
13 août : Olfa Ben Romdhane et Marwen Khoury (Tunisie/Liban)
14 août : Tarek Al Arabi Tourgane et fils (Syrie)
16 août : « Just Abdelli 100% Tabou » de Lotfi Abdelli
17 août : Assi El Hellani (Liban)
20 août : Saber Rebaï

B.L.