JCC-Compétition officielle/ « Noura rêve » de Hinde Boujemâa

Le défi d’une femme


JCC-Compétition officielle/ « Noura rêve » de Hinde Boujemâa

Le défi d’une femme

Projeté en compétition officielle aux JCC, « Noura rêve », le long-métrage de fiction de Hinde Boujemâa soulève avec audace l’histoire d’une femme qui défie la loi sur l’adultère pour retrouver sa liberté.

Un lourd et difficile combat qui n’est pas sans embûches. On se retrouve certes avec le trio habituel du mari, de la femme et de l’amant mais, ici, dans une autre logique plus sauvage qui colle parfaitement aux réalités tunisiennes. Hind Sabri y joue avec aisance un rôle assez difficile où elle doit composer avec différentes situations inattendues tout en s’acquittant de son boulot et éduquant seule ses trois enfants. Elle devient même dans tous ses états quand il s’agit de crier sa vengeance contre un mari voyou et habitué des prisons. Pourra-t-elle mener une vie normale avec l’homme qu’elle aime ? Est-ce là une utopie ?
Le paradoxe de l’amour et de la haine apparaissent et réapparaissent. La lutte est acharnée. Qui pourra obtenir gain de cause dans cette histoire où les imprévus ne cessent d’accoucher ? Lotfi Abdelli réussit à incarner le rôle du mari « caméléon » qui peut inventer n‘importe quelle histoire ou situation pour échapper à la souricière. L’amant, rôle joué avec justesse par Hakim Boumassoudi, est châtié par le mari. Et il est un détail qui va chambarder tous les plans et qui permettra à la femme de continuer à rêver d’une meilleure vie.

La réalisatrice Hind Boujemâa, après son premier long-métrage documentaire : « Ya min âach » (C’était mieux demain), continue d’aborder et de décortiquer des situations complexes de la société tunisienne et particulièrement chez les femmes.

B.L.