La harpe rencontre le violon à l’Octobre musical de Carthage

Le récent concert donné le 16 octobre Í  l’Acropolium de Carthage dans le cadre de l’Octobre musical par la violoniste russo-algérienne V

La harpe rencontre le violon à l’Octobre musical de Carthage

Un spectacle envoà»tant et insolite

Le récent concert donné le 16 octobre à  l’Acropolium de Carthage dans le cadre de l’Octobre musical par la violoniste russo-algérienne Vera Floug Ait Taher, premier violon de l’Orchestre symphonique national algérien et la harpiste française Maia Darmé membre de l’Orchestre symphonique tunisien, a constitué un événement musical.

sous-article.jpg

La harpe venait cà´toyer le violon et cela n’arrive pas tous les jours. Car cette opportunité offerte aux mélomanes a été le fruit d’une rencontre entre ces deux musiciennes lors du festival de musique symphonique d’Alger, en 2016. Une rencontre qui avait abouti à  la formation de ce duo d’instruments à  cordes.

Le concert proprement dit n’avait duré qu’une heure et des poussières. Son contenu regorgeait d’œuvres éternelles du 19è et du 20è siècles et incluait une belle découverte pour l’auditoire celle de la harpe, un instrument magique très peu utilisé sous nos latitudes, comme peu ailleurs. Il venait d’ailleurs « voler » la vedette au violon, en cette soirée automnale, d’autant plus que Maia Darmé y jouait avec doigté et en toute aisance.

Elle qui avait elle-même réparé cette pièce de musée, une harpe à  pédales qui date de 1908 et qui a traversé le 20è siècle. Elle jouit aujourd’hui d’une nouvelle vie au sein de l’Orchestre symphonique tunisien o๠Maia Darmé y joue.

Les possibilités techniques du violon et de la harpe étaient mises en évidence avec une revisite de morceaux de Haendel, de Pachelbel, de Hayden, de Bach, de Schubert et surtout de Bizet et un extrait de l’opéra « Carmen » et « Csardas » de Monti.

Une belle balade musicale dans un cadre unique celui de l’Acropolium, l’ancienne Cathédrale Saint-Louis, rebaptisée en espace culturel et en temple de la musique à  l’occasion de tels concerts, ceux de l’Octobre musical de Carthage.

sous-article-2.jpg

Ce spectacle avait conquis un public comme trié sur le volet qui applaudissait au terme de chaque œuvre et qui avait réservé un standing ovation aux deux artistes.

B.L.