Interview Nabila Boutrif créatrice de la marque de cosmétique Harem Des Sens<br>

Interview Nabila Boutrif créatrice de la marque de cosmétique Harem Des Sens

 

Racontez-nous votre parcours, comment êtes tombée amoureuse de ce monde de la cosmétique ?

Je suis tombée dedans par hasard parce que rien ne me prédestinait à faire de la cosmétique. En fait je suis un peu un garçon manqué et je pensais partir vers d’autres domaines comme le foot ou autre...
Dans les années 90, 2000 j’ai commencé à regarder ce qui se faisait dans la cosmétique orientale et je trouvais qu’elle n’était pas mise en valeur avec des packagings pas très jolis et c’est parti de là !
J’ai commencé à lire beaucoup de livres, à faire des recherches sur la cosmétique et ses origines et j’ai appris que tout était né et inspiré de l’Égypte, du Maghreb et des pays du moyen orient.
Je me suis prise de passion pour ça et je voulais mettre au goût du jour les recettes ancestrales de la Tunisie, de l’Algérie, du Maroc et d’autres pays du moyen orient, y apporter le savoir-faire français et mixer les deux cultures.

Comment avez-vous eu l’idée de créer la marque HAREM DES SENS ?

J’ai commencé à y penser car l’esthétique des produits et l’importance de la cosmétique orientale n’était pas très répandue en France et je trouvais dommage que ça ne soit pas mis en valeur. On était plutôt sur le traditionnel qui n’était pas très glamour, ça ne me faisait pas rêver. Et justement mon rêve c’était de pouvoir transporter les gens dans les mille et une nuit.


En quelle année avez-vous créé la marque ?
J’ai déposé le nom très tôt avant même de créer les produits, je l’ai trouvé en 2003 et la création de la première ligne c’était en 2007 sous licence avec des partenaires marocains mais ce n’était pas encore ce que je voulais, il n’y avait pas vraiment mon empreinte.
Ensuite en 2011 j’ai fait une levée de fonds en associant des investisseurs, on a travaillé sur des formules de produits pendant 2 ans desquelles sont nés 6 produits inspirés de toutes les recettes ancestrales Méditerranéennes et orientales avec justement la touche française, cette touche élégante, moderne et luxueuse.
C’est donc en 2012 que la première ligne HAREM DES SENS est née.


Comment se porte la marque dans le monde et en Tunisie actuellement ?
C’est une renaissance pour moi, j’ai rencontré en Tunisie Ines Halouani qui porte la marque ici, elle l’a adoptée comme si c’était elle qui l’avait créée. C’est une femme formidable entrepreneuse avec qui j’ai un rapport extraordinaire et en qui j’ai pleinement confiance.
Ça va faire un an et quelques mois qu’on a installé la marque, ça se développe de plus en plus chose dont je suis ravie.
On a développé aussi un peu en Algérie sinon on travaille de manière ponctuelle aux États Unis et on vise le moyen orient et l’Australie.
Lors du lancement de la marque je me suis concentrée sur le marché français mais à partir de 2016 j’ai fait le choix comme beaucoup d’autres marques de viser d’abord l’export et revenir encore plus fort sur le marché français.
L’idée c’est de continuer à ouvrir d’autres points de vente en Tunisie, de développer le SPA bien évidemment. La gamme est assez courte mais grâce à l’ouverture de ces marchés on a pour objectif de sortir des nouveautés en 2018.


Quels sont les points forts de la marque HAREM DES SENS ?
Le premier point fort c’est déjà le nom, il fait voyager, fantasmer de suite et apporte une autre vision du monde arabo-musulman.
On n’est pas sur du traditionnel mais plutôt sur quelque chose de moderne, de sensuel, on est vraiment dans l’éveil des sens. On met en valeur des régions en l’occurrence avec les bougies, on travaille avec des senteurs et une multitude d’ingrédients extraordinaires comme l’argan, l’amande, ou encore le miel qu’on associe avec des ingrédients de l’Europe. Ce sont vraiment des soins plaisir. HAREM DES SENS est une marque qui se partage, elle est unisexe.
On a voulu recréer le rituel du mariage par exemple avec le hammam ou encore celui de la lune de miel...


C’est fabriqué en France ?
Oui tout est pensé, imaginé, conditionné et fabriqué en France. On voulait surtout mettre le produit au service de la personne on y mettant les moyens, c’est ce qui justifie le coût d’ailleurs.


Ce sont surtout des soins pour le corps, pourquoi ?
Justement c’est à cause de l’orient et de la Méditerranée car les femmes tunisiennes, marocaines ou algériennes prennent d’abords soin de leur corps. Elles allaient au moins une fois par mois au hammam mais au fil du temps on a délaissé le corps alors que c’est important, c’est comme quand on porte de la soie et qu’on la sent sur sa peau, il n’y a pas plus agréable !
Vous savez le soin du corps et le plus difficile à faire, je voulais commencer par ça et puis développer le reste.


Quelles sont les nouveautés que vous comptez lancer dans le futur ?
Pour septembre 2018 on sortira la crème visage, on travaille aussi sur un masque et sur un enveloppement pour compléter le rituel. On sortira aussi le parfum HAREM DES SENS, on l’a créé pour cette gamme la sauf pour l’élixir qui est un produit à part. Et comme on nous le réclame on va le sortir et puis continuer bien sûr de développer les bougies notamment la collection invitation au voyage, il y aura d’autres destinations et des parfums d’ambiance.
L’idée c’est de refaire la route de la soie avec des destinations étonnantes...


Quels sont tes projets pour la marque ?
A court terme c’est d’élargir la gamme de produits, développer d’autres marchés et sur le long terme c’est d’ouvrir le SPA HAREM DES SENS. C’est vraiment un projet qui me tient à cœur pour mettre en valeur notre savoir-faire et créer une vraie ambiance HAREM DES SENS.