Vernissage Nidhal Chamekh: Nos Visages

nos visages. Exposition personnelle de l'artiste Nidhal Chamekh.
Vernissage | Jeudi 12 septembre 2019 à 18h00
Dates d'exposition | du 13.09 au

Vernissage Nidhal Chamekh: Nos Visages

nos visages. Exposition personnelle de l'artiste Nidhal Chamekh.
Vernissage | Jeudi 12 septembre 2019 à 18h00
Dates d'exposition | du 13.09 au 27.10.19
Lieu: Selma Feriani Gallery
          8 Place Sidi Hassine, 2026 Sidi Bou Saïd
(Eng below)
_

"A l’heure où les divers états d’urgence se généralisent et se prolongent, où la crise migratoire mais aussi la crise de la représentation politique battent leur plein – des deux côtés de la mer méditerranée –, Nidhal Chamekh revient avec une série de travaux, plus ou moins récents, assemblés dans l’exposition nos visages à la manière de contrefeux – le feu se combat par le feu.
La technique à la fois mentale et cinématique du montage qui s’illustre dans ses dessins de la série « Le Battement des ailes » – ici présents – semble évoluer dans un double mouvement, tout d’abord de focalisation : où des gestes comme s’identifier, s’enregistrer ou encore se protéger s’emparent littéralement de l’espace du dessin. Puis de radicalisation, où ces gestes ne font plus partie d’un fragment de rêve et son extatique beauté lacunaire. Au contraire ces gestes agissent comme des retours à la réalité (flashbacks ou traumas) dans lesquels lacune, déchirure et incendie n’offrent définitivement plus de quoi s’extasier. Elles se contentent désormais de nous interpeller de leurs contre-feux qui forment un répertoire analytique de la violence exercée sur les sujets « migrants » ou « déplacés » (le mot réfugié, lui, devient presque tabou) par l’Empire colonial et l’État libéral."

Extrait du texte de l'exposition "Contre-feux Prométhéens" de Morad Montazami.

//

Preview opening | Thursday 12 september 2019 at 6 p.m.
Exhibition dates | from 13.09 to 27.10.19
Place: Selma Feriani Gallery
           8 Place Sidi Hassine, 2026 Sidi Bou Saïd

"At a time when various states of emergency are becoming widespread, when the migrant crisis as well as the crisis of political representation are in full swing – on both sides of the Mediterranean, Nidhal Chamekh is back with a series of works, some more recent than others, brought together in the exhibition nos visages (our faces) like so many counter-fires – one fights against fire with fire.
The at once mental and cinematic montage technique illustrated in his drawings of the series Le Battement des ailes – on view here – seems to develop within a twofold movement. One, first and foremost, of focusing: where gestures like identifying oneself, registering oneself and protecting oneself literally take over the space of the drawing. Then of radicalizing: where these gestures are no longer part of a dream fragment and its ecstatic, incomplete beauty. On the contrary, these gestures act like returns to reality (flashbacks and traumas) in which lacuna, wrench and conflagration definitely no longer offer the stuff of ecstasy. From now on they are content to call out to us with their counter-fires. These form an analytical repertory of the violence practiced on “migrant” and “displaced” subjects (the word refugee, for its part, becomes almost taboo) by the colonial Empire and the liberal State.
"

Excerpt from the text "Promethean Counter-fires", by Morad Montazami.
Translated by Simon Pleasance